POLLUTEC MAROC 2013, du 23 au 26 octobre 2013 à Casablanca – Maroc

POLLUTEC MAROC 2013Le Salon international des équipements pour l’environnement, Technologies et services pour l’industrie et les collectivités locales aura lieu à la Foire Internationale de Casablanca. La 5ème édition se veut un espace de mise en relation de tous les acteurs de l’environnement nationaux et internationaux, fournisseurs d’équipements et prestataires de services des secteurs de l’eau, des déchets/recyclage, de l’énergie, de la prévention des risques et du développement durable.

ACCÈS / HORAIRES

Pollutec Maroc aura lieu du 23 au 26 octobre 2013 à l‘OFEC – Foire Internationale de Casablanca (Maroc) – idéalement situé en centre ville à 200 m de la Grande Mosquée Hassan II

Horaires

De 9h30 à 18h30 le mercredi et jeudi,

De 9h30 à 20h le vendredi et de 9h30 à 16h30 le samedi.

Entrées

Entrée gratuite réservée aux professionnels munis d’un badge électronique ou d’une invitation. Pour des raisons de sécurité, les enfants ne sont pas admis dans l’enceinte du salon

Le pré-enregistrement pour obtenir votre badge électronique est ouvert. Il vous permettra de gagner du temps lors de votre arrivée sur le salon.

Commandez le dès maintenant ici

HCP: Industries manufacturières : Hausse de 0,9 pc de l’indice des prix à la production en août

HCPL’indice des prix à la production a enregistré une hausse de 0,9 pc dans le secteur des “industries manufacturières” en août 2013 par rapport au mois de juillet, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).

Cette hausse est due notamment à l’augmentation de 2,2 pc dans le “raffinage de pétrole”, de 0,6 pc dans les “industries alimentaires”, de 0,6 pc “dans l’”industrie textile” et d’une baisse de 0,2 pc dans le “Travail des métaux” et de 0,1 pc dans la “Métallurgie”, explique le HCP dans sa note relative à l indice des prix à la production industrielle, énergétique et minière.

Par ailleurs, la note relève une baisse dans le secteur des “industries extractives”, en raison d’une diminution de 0,1 pc des prix des “autres industries extractives” et notamment le bitume dont l’indice a baissé de 1 pc.

Pour sa part, le secteur de la “Production et distribution d’électricité et d’eau” a connu une stagnation au terme du mois d’août.

MAP

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Rabat la cérémonie de remise du GP feue SAR la Princesse Lalla Amina du Morocco Royal Tour

SAR-le-Prince-Héritier-Moulay-El-Hassan-cérémonie-de-remise-du-GPSAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a présidé, dimanche à Rabat, la cérémonie de remise du Grand Prix feue SAR la Princesse Lalla Amina comptant pour la 2ème étape de la 4ème édition du Morocco Royal Tour de saut d’obstacles, organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI au Royal Complexe des sports équestres et Tbourida (RCSET) de Dar Es-Salam du 27 au 29 courant.

A son arrivée au RCSET, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a été accueilli par Chérif Moulay Abdellah Alaoui, président de la Fédération royale marocaine des sports équestres (FRMSE).

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a, ensuite, passé en revue une haie d’honneur de la Garde royale avant d’être salué par le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, le ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Ouzzine et le ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur, Charki Draiss.

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a été, également, salué par le gouverneur attaché à la wilaya de la région Rabat Salé Zemmour-Zaer, Moulay Slimane Alaoui, le président du conseil de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, Abdelkébir Barkia, le président du conseil préfectoral de Rabat, Abdelakder Tatou, et le président du conseil d’arrondissement Souissi, El Mostafa Akel.

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a, par la suite, rejoint la tribune officielle d’où Son Altesse Royale a assisté à la deuxième manche du Grand Prix feue SAR la Princesse Lalla Amina, remportée par le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar, montant “Quickly De Kreisker”.

A l’issue de cette étape de Rabat, organisée par la FRMSE sous l’égide de la Fédération équestre internationale, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a remis le Grand Prix feue SAR la Princesse Lalla Amina au vainqueur, après l’intonation de l’hymne national marocain.

Son Altesse Royale le Prince Héritier a, également, remis les prix aux cavaliers arrivés 2e: le Français Julien Gonin montant “Queen Girl Kervec”, 3e: l’Egyptien Sameh El Dahan montant “Suma’s Zorro”, 4e: le Marocain Abdeslam Bennani Smires montant “Mowgli Des Plains” et 5e: l’Italien Emanuele Gaudiano montant “Admara 2″.

Au terme de cette prestigieuse manifestation équestre, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a posé pour une photo souvenir avec les cinq cavaliers vainqueurs.

MAP

SM le Roi visite les différents chantiers du projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville

SM le Roi visite les différents chantiers du projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-villeSa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a visité, samedi, les différents chantiers du projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville, mobilisant des investissements de l’ordre de 6,2 milliards de dirhams (MMDH).

Le Souverain a, ainsi, visité le chantier de restauration de la muraille de la médina, ainsi que ceux du nouveau port de plaisance et du futur port de pêche.

Portant sur une surface globale d’environ 84 hectares de terre-pleins, le projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville, dont les premiers travaux ont débuté en mars 2011, vise à positionner la ville de Tanger en tant que destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale en général et dans le bassin méditerranéen en particulier, à travers le développement de plusieurs pôles (croisière, plaisance, pêche, hôtelier, culturel et événementiel, commerce et animation, résidentiel et bureaux).

Conformément aux Hautes orientations de SM le Roi, que Dieu L’assiste, ce projet, dont l’achèvement est prévu à fin 2016, permettra d’assurer une reconversion optimale du site à travers la création d’un lieu de vie dans le respect de la riche histoire de Tanger, l’intégration du port dans la cité et la promotion d’un développement respectueux de l’environnement.

La future zone portuaire offrira en effet d’importantes infrastructures dédiées à l’accueil des plus grands paquebots de croisière au monde, avec l’aménagement de trois postes à quai dédiés à cette activité, dont le plus grand sera d’une longueur de 360 m. Le trafic visé est de 300.000 touristes en 2016 et de 750.000 en 2020.

L’achèvement des travaux de la 1ère phase d’extension du quai de croisière, adossé à la jetée principale, entamés en février 2013 , est prévu pour fin 2013. Ces travaux sont réalisés à hauteur de 50 pc.

Le port de Tanger-ville ambitionne également de devenir le port du détroit disposant de l’une des meilleures offres de services aux navigateurs et aux embarcations de plaisance, avec deux bassins de plaisance d’une capacité globale de 1.610 anneaux. Le port reconverti présentera une offre intégrée comprenant la réparation navale, l’hivernage, la vente de bateaux de plaisance ainsi que des écoles nautiques (voile, pilotage de yachts, etc.).

Les travaux d’infrastructures relatifs au nouveau port de plaisance, entamés en mai 2011, affichent un taux d’avancement de 80 pc, alors que ceux afférents à la première phase de reconversion du port de pêche actuel en port de plaisance, lancés en octobre 2011, sont réalisés à 40 pc. Les travaux de viabilisation et d’équipement du nouveau port de plaisance seront entamés en janvier 2014 pour une mise en service partielle fin 2014.

Un des axes principaux du programme de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville est le projet de construction d’un nouveau port de pêche destiné à améliorer les conditions de travail des professionnels de la pêche en leur offrant, sur le même site, des installations modernes répondant à leurs besoins, à relancer les investissements et à créer des postes d’emploi dans le secteur de la pêche.

Adossé au port actuel côté ouest, le futur port de pêche comprendra 1.167 mètres linéaires d’ouvrages de protection, 2.337 mètres linéaires de quais d’accostage et d’appontements, 11 ha de bassin et 12 ha de terre-pleins. Il sera doté des superstructures nécessaires au fonctionnement du port (voiries et réseaux divers) et des dépendances liées à l’exploitation du nouveau port (halle aux poissons, fabriques de glace, entrepôts frigorifiques, magasins pour les armateurs et mareyeurs, darse pour portique à sangle et chantier naval, ateliers de réparation navale, bâtiments administratifs).

Le futur port de pêche aura un impact économique et social fort important dans la mesure où il mettra à la disposition des professionnels une infrastructure moderne, des quais dédiés à la pêche hauturière et une zone de réparation navale pour les unités de pêche artisanale, côtière et hauturière.

Les travaux d’infrastructures dudit port, lancés officiellement par SM le Roi le 6 décembre 2011, ont été réalisés à hauteur de 65 pc et devront prendre fin en juin 2014.

Conformément aux Hautes instructions Royales, les travaux de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville se font dans le respect total de son environnement immédiat et de l’aspect architectural de la ville. Ainsi, des études archéologiques, architecturales et techniques sont en cours pour la restauration de la muraille de la Médina. Les travaux de restauration de la 1ère tranche, qui s’étend de Borj Dar El Baroud à Borj El Hajoui sur une longueur de 600 mètres, ont été entamés en octobre 2012 et sont réalisés à 70 pc, alors que les études afférentes à la restauration de la seconde tranche qui s’étend du Château d’York à Borj Nâam sont en cours de réalisation.

Parallèlement à cela et dans le but d’ouvrir le port sur la ville, une partie des anciennes clôtures et bâtiments situés à l’entrée de l’actuel port et qui ne feront pas l’objet de reconversion a été démolie.

Le programme de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville prévoit également la construction de plusieurs hôtels (3, 4 et 5 étoiles), un Palais des Congrès d’une capacité de 1.500 places, des commerces, un grand centre commercial, des bâtiments résidentiels et des bureaux, ainsi qu’un téléphérique qui permettra une meilleure connexion entre la médina, le terminal de croisière, le port de plaisance et le centre de la ville nouvelle (Place Faro).

Cet ambitieux programme de reconversion, qui représente une grande opportunité visant à donner une nouvelle vie au port Tanger-ville, confortera la vocation touristique de la perle du Détroit. Il vient s’ajouter aux différents projets structurants lancés ces dernières années par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, aussi bien dans la région que dans le reste du Royaume.

MAP

El Guerrouj: La décision de maintenir l’horaire d’été a été prise en raison de ses retombées positives sur l’économie nationale

GuerroujLa décision de maintenir l’horaire d’été jusqu’au 27 octobre prochain a été prise de “manière urgente” en raison de ses retombées positives sur l’économie nationale et répond aux intérêts supérieurs de la Nation, a indiqué, samedi, le ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, Abdelâdim El Guerrouj.

L’adoption définitive de ce système permet au Maroc de se mettre au diapason de ce qui est en vigueur en Europe, a ajouté M. El Guerrouj, qui était l’invité du journal de la mi-journée de la chaine de télévision “Al Oula”, à l’occasion de l’adoption par le Conseil de gouvernement du projet de décret relatif au changement de l’heure légale.

Le ministre a notamment relevé l’effet positif du maintien de l’heure d’été jusqu’au 27 octobre prochain sur l’économie nationale en matière d’économie d’énergie, d’investissement et d’échanges commerciaux avec les partenaires européens.

L’évaluation de l’expérience actuelle a montré plusieurs points positifs en rapport notamment avec “des économies d’énergie d’environ 100 millions de dirhams durant ces mois et des gains de plus de 2 milliards de dirhams en terme d’investissements”, a expliqué le ministre.

MAP

Les relations économiques maroco-espagnoles devraient offrir un cadre favorable pour une entente durable

Les relations économiques maroco-espagnoles devraient offrir un cadre favorable pour une entente durableCasablanca – Les relations économiques et commerciales entre le Maroc et l’Espagne sont à même d’offrir un cadre favorable pour une entente durable, en particulier dans l’intérêt réciproque des secteurs agricoles des deux pays, a souligné, vendredi à Casablanca, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch.

S’exprimant lors de la 2ème réunion du Comité mixte maroco-espagnol des fruits et légumes et la commission mixte maroco-espagnole des professionnels de la pêche, M. Akhannouch a mis en relief la place privilégiée de l’Espagne dans le commerce extérieur marocain en occupant le 1er rang des fournisseurs du Maroc, le 2ème rang de clients et représente 14 pc du commerce extérieur marocain.

Cette rencontre présidée par le ministre marocain et son homologue espagnol Miguel Arias Canete a été l’occasion pour expliquer qu’en termes de produits agro-alimentaires, les échanges entre les deux pays ont totalisé en 2012 environ 788 millions euros, soit 10 pc de la valeur totale des échanges commerciaux.

Pour sa part, M. Canete a qualifié d’”excellentes” les relations entre les professionnels du secteur agricole, en évoquant à ce propos la constitution du groupe du travail “Tomate”. Il a ajouté que l’accord de pêche “très équilibré” a été obtenu et sa mise en place sera attendue fin novembre prochain, après l’approbation de l’Union Européenne.

Les travaux de ce groupe ont été l’occasion pour les professionnels des deux comités, non seulement d’échanger des données relatives à la commercialisation telles que les prix et les quantités mais aussi de discuter de plusieurs points, a-t-il expliqué.

MAP

La DGSN annonce la création d’un service central et des brigades régionales de l'environnement

Direction_Générale_de_la_Sureté_NationaleLa Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a annoncé la création d’un service central et de brigades régionales de l’environnement, chargés d’assurer le suivi des infractions environnementales, de mener les enquêtes nécessaires à ce sujet et de présenter les auteurs devant les autorités judiciaires compétentes.

La création de cet organe s’inscrit dans le cadre de “la mise en oeuvre des nouvelles dispositions contenues dans la constitution et qui prévoient de mobiliser tous les moyens afin de garantir aux citoyens un cadre de vie sain et le droit au développement durable”, précise un communiqué de la DGSN.

Des brigades régionales de l’environnement seront installées dans les villes de Rabat, Casablanca et Mohammedia, comme première étape, avant d’être généralisées sur l’ensemble du territoire.

Les membres de ces brigades porteront une tenue officielle frappée de l’insigne de la police de l’environnement et auront à leur disposition des voitures, portant le logo de la police de l’environnement et munies de tous les moyens scientifiques nécessaires pour mener à bien leur mission.

Les membres de ces brigades suivront une formation spécialisée à l’Institut Royal de police pour une durée de deux semaines à partir du 30 septembre courant, précise la même source, notant que ladite formation couvrira des aspects théoriques et pratiques de la protection de l’environnement et la préservation des ressources naturelles.

Cette formation permettra à la police de l’environnement de mener à bien sa mission qui consiste à “consacrer la culture de la préservation de l’environnement à travers la prévention des infractions environnementales et la répression des fraudeurs”.

MAP

Le village de pêche Dalia, un projet à fort impact sur les conditions de vie et de travail des pêcheurs

Village de peche dalia a tangerTanger – Le village de pêche “Dalia”, dont les travaux ont été lancés vendredi par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, dans la commune rurale Ksar El Majaz (Province Fahs Anjra), à proximité du port Tanger Med, est un projet qui va changer le quotidien des pêcheurs de la région, en améliorant leur sécurité et leurs conditions de travail.

Le village de pêche Dalia illustre la haute sollicitude dont SM le Roi entoure les pêcheurs de Tanger-Tétouan, une région où la pêche artisanale joue un rôle de premier plan dans le tissu socio-économique et la vie de la population.

Le projet, qui a nécessité un budget de 70 millions de dhs, va profiter à 350 ménages et 70 pêcheurs exerçant leurs activités avec des baraques ne disposant d’aucune protection contre les tempêtes, à l’exception de la protection naturelle de la baie contre les houles atlantiques.

Le plan de masse du village, la solution retenue à l’issue des études techniques, peut recevoir une soixantaine de barques au niveau du bassin et une quarantaine de barques en stationnement sur le terre-plein.

Le plan comporte une digue principale d’une longueur de 180 ml, une contre-digue avec une longueur d’environ 115 ml, un terre-plein avec une surface de l’ordre de 6000 m2 et un quai pour l’embarquement du poisson ou l’avitaillement, outre une halle aux poissons, des magasins de pêcheurs et une fabrique de glace.

Il contribuera ainsi, à travers ces équipements, à une maîtrise de la ressource halieutique et au renforcement de l’hygiène et de la sécurité des pêcheurs.

Situé à l’est du complexe portuaire “Tanger Med”, dans la province Fahs Anjra à Tanger, le projet sera réalisé sur une période de 26 mois dans le cadre d’un partenariat entre l’Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) et le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime.

Ce village de pêche fait partie intégrante des efforts visant à assurer la valorisation des produits de la pêche, l’augmentation du revenu des pêcheurs, la diminution des charges d’exploitation et la hausse du taux de rendement économique.

Ces efforts concernent notamment la construction des points de débarquement équipés, des quais d’accostage, ainsi que des centres de formation et de renforcement des capacités des marins-pêcheurs.

Destinées principalement aux travailleurs de la pêche artisanale, ces infrastructures traduisent l’intérêt particulier accordé par le Souverain à l’intégration de cette catégorie professionnelle dans le tissu socioéconomique et l’amélioration de leurs conditions de travail, grâce à des équipements à même de valoriser au mieux les produits de la pêche.

Cette approche s’inscrit en droite ligne du Programme national de l’aménagement du littoral (PNAL) visant la création de pôles intégrés dans leur environnement économique et social, conformément aux ambitions du plan Halieutis.

Dans la région Nord, un montant global de près de 332,5 millions DH a été mobilisé pour la création de quatre villages de pêcheurs, notamment à Fnideq, Chemlala (province de Chefchaouen), Sidi Hsaïne (Nador) et Cala Iris (Al Hoceima), ainsi que la construction de deux points de débarquement nécessitant une enveloppe de 47,5 millions DH, et ce à Martil et Inouaren (Al Hoceima).

Dans le sillage des projets structurants lancés à Tanger durant cette dernière décennie dans les domaines notamment des infrastructures routières, portuaires et ferroviaires, la ville du Détroit verra aussi, à l’instar de Casablanca, la réalisation d’un marché de gros de poisson nouvelle génération nécessitant un investissement de 40 millions DH.

Cette grande infrastructure fait partie d’un projet global de création de dix marchés de gros piloté par l’Office national de la pêche au niveau national, dans le cadre de la politique de développement de la commercialisation et de l’amélioration de la consommation des produits de pêche.

MAPVillage de peche dalia a tanger