Une nouvelle stratégie pour la modernisation du système de Formation et de Recherche du secteur agricole

Plan Maroc Vert PMVLa formation et la recherche ont été identifiées dans le cadre du plan Maroc vert comme d’importants leviers de développement du secteur agricole et du renforcement de ses capacités et de son potentiel.

Ce volet a ainsi fait l’objet d’une étude spécifique à laquelle ont contribué les Instituts de Formation et de Recherche marocains, l’agence étatique australienne Agwest International et le cabinet marocain Valyans Consulting et qui vise à évaluer la synergie entre les stratégies des différentes structures chargées de la formation et de la recherche et de proposer des mécanismes et des réajustements de leur gouvernance et pilotage.

La stratégie élaborée aura pour objectif essentiel le développement d’un système national de formation et de recherche agricoles performant où le secteur privé apporterait progressivement sa contribution.

Les résultats de l’étude dévoilés dans une rencontre tenue à Errachidia le 30 octobre 2013 sous la présidence du Ministre de l’Agriculture et de la pêche Maritime ont permis d’identifier plusieurs actions.

Ainsi, sur le plan de la recherche agricole, l’étude a notamment recommandé la création d’un Conseil National de la Recherche Agricole (CNRA) pour définir les orientations, gérer  l’investissement en matière de recherche  agronomique , prioriser les filières et orienter les investissements; la mise en place du Fond Compétitif  pour la recherche pour mieux orienter la recherche vers la demande et les priorités nationales ou encore la création d’Unités Mixtes de Recherche (UMR) regroupant des équipes collaboratives de recherche, pluri-institutionnelles et multidisciplinaires. En effet, ces Unités (UMR) seront constituées de chercheurs des établissements sous tutelle du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime et également de chercheurs des Universités sous tutelle du département de l’Enseignement Supérieur.

Les nouvelles orientations portent également sur le développement de l’enseignement Supérieur Agricole et la mise en place d’un Pôle Polytechnique regroupant les établissements d’enseignement supérieurs agricoles, afin de satisfaire les besoins, en cohérences avec les orientations définies. Le renforcement de la formation technique et professionnelle agricoles est également retenu comme recommandation majeure.

Enfin, le cadre législatif est également ciblé par ces nouvelles orientations. Cela passe par des réformes visant à créer un cadre de travail plus attractif pour les acteurs de cette filière ainsi qu’à rendre les conditions d’installation et d’exercice des organes et établissements de formation et de recherche plus  fluides.

MAP

Adoption de la stratégie de développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier par le Conseil d Orientation Stratégique de l'ANDZOA

ANDZOALe Conseil d’Orientation Stratégique de l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA) a tenu ses travaux  le 30 octobre 2013 à Errachidia en marge de la 4ème édition du Salon International des Dattes à Erfoud.

Cette réunion présidée par M. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime en présence de Mme Fatema Marouane, ministre de l’Artisanat, de l’Economie sociale et Solidaire, du Gouverneur de la province d’Errachidia, des quatre présidents des conseils régionaux des régions concernées ainsi que des représentants des différents départements et entités concernés a eu pour objectif  l’adoption du plan d’action relatif au développement global et intégré de la zone d’action de l’Agence.

La réunion s’est ainsi conclue par l’adoption de la stratégie à travers trois axes de développement distincts : l’attractivité du territoire, sa compétitivité et sa préservation. Les zones oasiennes et de l’arganier qui recouvrent 40% du territoire national occupent une place importante dans l’équilibre socioéconomique du Maroc. Le plan de développement qui sera opéré par l’ANDZOA, modèle de gouvernance innovant, a ainsi pour objectif de valoriser un potentiel prometteur qui reste sous-exploité aujourd’hui.

MAP

Incendie dans la forêt de Bouskoura près d’Al Hoceima: près de 8 hectares de végétations ravagées

Al Hoceima – Près de huit hectares de végétations ont été ravagées dans un incendie, qui s’est déclaré jeudi matin dans la forêt de Bouskoura relevant de la province d’Al Hoceima, selon la direction provinciale des Eaux et forêts et de la lutte contre la désertification.

Un riverain de la forêt a involontairement déclenché l’incendie en incinérant les chaumes de son domaine agricole, a précisé le directeur provincial des Eaux et forêts à Al Hoceima, M. Abdelaziz Edoiyer dans une déclaration à la MAP, notant que des moyens terrestres et aériens sont mobilisés pour circonscrire cet incendie.

Les éléments de la Protection civile, des Eaux et forêts, des Forces auxiliaires, de la Marine royale, des Forces armées royales et de la Gendarmerie royale oeuvrent d’arrache-pied pour venir à bout de cet incendie qui s’est déclenché à une dizaine de kilomètre au nord de la commune d’Izemmouren, a ajouté M. Edoiyer.

Cet incendie, qui n’a pas causé de grands dégâts au niveau du couvert végétal, a essentiellement ravagé des arbres d’eucalyptus ainsi que des tapis herbacés, a-t-il dit.

 MAP

La CGEM présente à Londres les opportunités d’investissement au Maroc

meryem_bensaleh
meryem_bensaleh

Londres- La présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Mme Miriem Bensalah-Chaqroun, a présenté à Londres les atouts de l’économie marocaine et les opportunités d’investissement offertes dans plusieurs secteurs au Royaume.

Lors de ses rencontres tenues avec ses interlocuteurs participant au 9è forum économique islamique mondial, qui se tient du 29 au 31 octobre dans la capitale britannique, Mme Bensalah a souligné l’importance de ce forum qui offre l’occasion de rencontrer des investisseurs potentiels et convaincre certains porteurs de projets de venir s’installer au Maroc, terre d’accueil, d’ouverture économique et de tolérance.

Ce forum, qui met en valeur les opportunités d’affaires dans le monde musulman, constitue une passerelle pour l’entreprise entre le monde musulman et non-musulman, a-t-elle indiqué.

“Chacun des pays du monde islamique interagit d’abord avec sa sous-région, comme par exemple le Maroc avec l’UE. Pour autant, des courants d’affaires prometteurs peuvent être créés entre pays musulmans et le Maroc peut apporter beaucoup en matière d’expérience dans les infrastructures et dans le développement de certaines filières industrielles”, a souligné la présidente de la CGEM.

MAP

M. Bakkoury: Energies renouvelables : le Maroc adopte une ”vision de transition”

conference-de-presse-en-marge-de-4eme-conference-de-desert-energieSkhirat – La vision du Maroc en matière des énergies renouvelables n’est pas uniquement environnementale et énergétique, mais plutôt une vision de “transition”, a affirmé, mercredi à Skhirat, le président directeur général de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), Mustapha Bakkoury.

Le développement des énergies renouvelables au Maroc doit passer d’abord par une période de transition pour pouvoir atteindre la compétitivité sur le marché international, a déclaré M. Bakkoury lors d’une conférence de presse dans le cadre de la 4ème Conférence annuelle de Desertec industrial initiative (DII).

Pour réussir cette transition, a-t-il expliqué, il faut lancer des projets de grande taille à même de créer une dynamique de développement dans les zones où ils sont implantés, à travers la création d’emplois et de nouveaux investissements.

Pour sa part, Paul Van Son, PDG de DII a indiqué que la capacité de production des énergies renouvelables dans la région MENA va doubler d’ici 2015, passant de 1,7 gigawatt (GW) à 3,3 GW.

MAP

Ouverture à Londres du 9è Forum économique islamique mondial avec la participation du Maroc

Ouverture à Londres du 9è Forum économique islamique mondial avec la participation

Londres- La neuvième édition du Forum économique islamique mondial s’est ouverte, mardi à Londres, avec la participation de dirigeants et de hauts responsables de plusieurs pays, dont le Maroc.

Conduite par le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, la délégation marocaine devra saisir cette rencontre de trois jours placée sous le thème: “Monde en mutation, Nouvelles relations”, pour exposer les avancées tous azimuts réalisées par le Royaume et mettre en relief les chantiers de réformes politiques, économiques et sociales.

La délégation marocaine s’attèlera à présenter le modèle de développement du Royaume et ses programmes d’investissement ainsi que les atouts du système bancaire marocain qui s’aligne sur les standards internationaux et favorise l’investissement et le commerce.

De l’avis des experts financiers, le Maroc compte parmi les destinations sûres pour les investisseurs en quête de croissance et d’opportunités d’expansion. Le secteur bancaire marocain est l’un des plus développés, performants et dynamiques en Afrique, comme en témoigne la présence des banques marocaines dans plus de 20 pays africains.

MAP

Le ministre de l’Intérieur nie toute hausse des prix des produits de base

Mohammed-HassadRabat – Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad a nié mardi toute hausse des prix des produits de base, notamment l’huile et le sucre, assurant que tout information dans ce sens “est dénuée de fondements”.

Répondant à une question orale du parti Authenticité et Modernité (PAM) sur les mouvements de protestation observées dans certaines villes à cause de la hausse des factures de l’eau, le ministre a indiqué que le projet de loi de finances 2014 ne comporte aucune mesure sur une éventuelle hausse des prix de base, en assurant que tout ce qui circule dans ce sens “n’est que pure mensonge”.

Les factures de l’eau et de l’électricité n’ont subi aucune hausse depuis 2006, a tenu à rappeler M. Hassad, en soulignant que si certaines factures semblent être salées, cela est due notamment à l’excès de consommation de l’énergie par certains ménages.

MAP

M. Benkirane : Les relations maroco-britanniques “solides et exemplaires”

benkirane-hagueLondres – Les relations maroco-britanniques sont “solides et exemplaires” et ne cessent de se développer au fil des années au service des intérêts des deux pays amis de longue date, a indiqué lundi à Londres le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Dans une déclaration à la MAP à l’issue des entretiens tenus au siège du Foreign Office avec le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, en présence notamment de l’ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala, M. Benkirane a fait savoir que les deux pays sont animés par la même volonté de renforcer davantage les liens de coopération et de hisser les échanges commerciaux au niveau de l’excellence des relations politiques existant entre les deux pays.

S’agissant de ses discussions avec M. Hague, le chef du gouvernement a tenu à préciser qu’elles se sont déroulées dans une atmosphère “amicale empreinte de franchise”, ajoutant que cette rencontre a été l’occasion pour mettre en valeur les chantiers de réformes engagées au Maroc et l’expérience marocaine en matière de développement socioéconomique.

MAP

Banque Mondiale: Climat des affaires: le Maroc gagne 10 places pour occuper le 87e rang dans le classement mondial

Doing Business 2014Rabat- Le Maroc a gagné 10 places dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires pour occuper le 87e rang dans le classement mondial qui touche 189 pays, selon un rapport de la Banque Mondiale (BM) sur le climat des affaires dans le monde au titre de l’année 2014.

Le Maroc est ainsi passé de la 97e à la 87e place dans le classement mondial et figure parmi les 29 pays cités dans le rapport de la BM, qui ont réalisé des progrès notables en matière d’amélioration du climat des affaires, se félicité le ministère délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance dans un communiqué.

Au niveau régional, le Maroc a réalisé la deuxième performance au niveau des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA).

Le Royaume a rendu plus aisé la création d’entreprises en réduisant leurs frais d’enregistrement et en éliminant le capital minimum requis pour les Sociétés à Responsabilité Limitée (SARL), précise la dernière édition du rapport “Doing Business”.

L’étude du groupe de la Banque mondiale relève également que le Royaume a facilité le transfert de propriété des entreprises et des sociétés en réduisant le temps d’enregistrement de l’acte de transfert de propriété.

MAP