M. Akhannouch : le Plan Maroc Vert a engagé l’agriculture marocaine dans un tournant décisif

Rome – Le Plan Maroc Vert a engagé l’agriculture marocaine dans un tournant décisif l’inscrivant dans “une spirale vertueuse de progrès équitables et durables en lui imprimant une dynamique d’évolution harmonieuse et équilibrée”, a affirmé, jeudi à Rome, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch.

Cette dynamique d’évolution tient compte des spécificités de l’agriculture marocaine et de ses marges de progrès pour faire face aux nouveaux enjeux, a-t-il souligné dans une allocution lue en son nom, lors de la réunion ministérielle de la 32ème Conférence régionale pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord (NERC-32) de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), par l’ambassadeur de SM le Roi en Italie, M. Hassan Abouyoub, qui était accompagné du secrétaire général et de l’ingénieur général de ce département, respectivement MM. Mohammed Sadiki et Mohammed Belghiti.

Outre l’augmentation de la production et de la productivité, la valorisation des produits de l’agriculture et la recherche de marchés, cette stratégie intègre le développement des revenus des agriculteurs tout en les protégeant contre l’aléa climatique, à travers des produits d’assurance appelés à se généraliser et à se diversifier.

Après avoir rappelé que le Plan Maroc Vert s’inscrit dans la trilogie du développement durable conjuguant l’efficience économique, l’équité sociale et la préservation des ressources naturelles, le ministre a fait observer que ce Plan repose sur deux piliers encadrés par un bloc de réformes structurelles et par des programmes ambitieux visant la préservation des ressources naturelles à travers leur utilisation raisonnée, en particulier l’eau, les sols et la biodiversité agricole.
MAP

Pas d’augmentations des prix du sucre et de la farine subventionnés, ni du gaz butane

Rabat- Le ministère délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance a démenti, jeudi, que le gouvernement ait l’intention d’augmenter les prix du sucre et de la farine subventionnés et du gaz butane.

Dans une mise au point parvenue à la Map, le ministère souligne que l’information publiée par un journal national faisant état de l’intention du gouvernement d’augmenter le prix du sucre “est dénuée de tout fondement”.

“Afin de lever toute équivoque et mettre fin à toutes les rumeurs”, le gouvernement souligne qu’il “ne procédera à aucune augmentation des prix du sucre et de la farine subventionnés, ni du gaz butane”.

La même source a ajouté que “pour ce qui est du gasoil, il est soumis au système d’indexation et son prix est fixé le 16 de chaque mois”.

MAP

Agriculture: M. Akhannouch décroche 3 conventions en France

Le Maroc et la France ont signé, hier à Paris, 3 conventions de partenariat dans les domaines sanitaire, phytosanitaire et de la formation technique agricole. Ces conventions ont été signées lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, et son homologue français, Stéphane Le Foll, en présence du ministre chargé de l’Agroalimentaire, Guillaume Garot. La 1ère convention signée entre les 2 parties porte sur des voyages d’études et stages en exploitations agricoles en France au profit d’étudiants des établissements de formation agricole. La 2ème est relative à la mise à la disposition de la partie marocaine d’un expert Français pour accompagner la mise en œuvre de la restructuration du dispositif de l’enseignement technique et de formation professionnelle agricoles marocain, conformément aux orientations de la nouvelle stratégie marocaine de formation et de recherche agricoles. Et la 3ème convention, signée par l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) et la Direction Générale française de l’Alimentation (DGAL), concerne la coopération sanitaire et phytosanitaire.

PUBLI-INFORMATION

Forte participation du Maroc au 51-ème Salon international de l'agriculture de Paris

Salon International de l'Agriculture

Paris – Le président français François Hollande a inauguré, samedi, la 51ème édition du Salon international de l’agriculture de Paris (SIAP) qui connaît une forte participation marocaine.

Près de 50 produits émanant de douze régions du Royaume et mettant en valeur le terroir et l’agriculture solidaire sont ainsi exposés au pavillon du Maroc à “la plus grande ferme du monde”.

Parmi ces produits qui reflètent la diversité du terroir marocain figurent les huiles d’olive et d’argan, le safran, l’eau de rose du Sud, les dattes et figues de barbarie, les olives et câpres et le couscous.

Etalé sur une superficie de 325 m2, le pavillon marocain, dont l’organisation a été assurée par l’Agence pour le développement agricole (ADA), réunit 30 exposants dont des coopératives, des Groupements d’Intérêt économique et sociétés marocaines privées qui présentent leurs produits aux acheteurs internationaux ainsi qu’au grand public.

L’ADA a indiqué que la participation du Maroc à cet évènement phare de l’agriculture mondiale s’inscrit dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) et de la stratégie de développement des produits du terroir élaborée par le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime.

Le pavillon marocain se compose, entre autres, d’un espace démonstration/dégustation qui accueillera les stands des exposants et d’un espace B to B où les participants pourront rencontrer les partenaires potentiels. De nombreuses animations seront programmées sur le stand tout au long de l’événement, à savoir notamment les ateliers culinaires et les dégustations.

Dans une déclaration à la presse en marge de sa visite au Salon, M. Hollande a mis l’accent sur l’importance de cette manifestation, relevant que “l’agriculture est un enjeu économique, d’emploi, de commerce extérieur, de qualité de la vie, de sécurité alimentaire”.

Le Salon, qui se poursuivra jusqu’au 02 mars prochain, connaît la participation de 1300 exposants venus de 22 pays et représentant différentes filières agricoles.

Au programme figurent aussi un cycle de conférences internationales sur “les perspectives de développement de partenariats agricoles et alimentaires en Méditerranée” et d’autres rencontres sur “l’agriculture urbaine” et “les agroéquipements à la pointe de la technologie”.

Placée sous le thème “l’Agriculture en mouvement”, cette édition prévoit aussi l’organisation d’un concours général agricole et d’un concours des animaux.

 Près de 700.000 personnes avaient visité la précédente édition du Salon qui propose des rencontres entre éleveurs, artisans, producteurs et distributeurs agricoles.

MAP

EL Ouafa: remplacer la compensation par les aides directes une erreur

El OuafaLa suppression de la compensation et son remplacement par les allocations directes au profit des ménages modestes aurait été une “grave” erreur, a estimé El Ouafa dans une déclaration de presse.

“L’idée de supprimer la compensation et de la remplacer par les allocations directes au profit des ménages modestes aurait été une grave erreur, mais la réforme de la politique de soutien des prix est un processus irréversible”, a assuré le ministre qui été l’invité du Club de l'”Economiste”.

“Laisser les choses en l’état constitue un danger pour les finances publiques”, a averti M. El Ouafa, relevant que la hausse des cours internationaux des matières premières entraîne des dépenses de compensation jusqu’à un tiers des recettes fiscales.

Il a rappelé, dans ce cadre, l’annonce de la réduction progressive de la subventions du gasoil 50 PPM, de 2,5 DH/litre actuellement à 0,80 DH/L à la fin de l’année. Avec ces décisions, environ 77 % de la charge de compensation destinée aux produits pétroliers sera économisée, soit environ 16,2 milliards de dirhams (MMDH), alors que le reste (4,8 MMDH) est constitué par le fuel spécial utilisé par l’Office national de l’eau et de l’électricité, les briqueteries et les usines de céramique, a-t-il précisé.

Concernant les mesures d’accompagnement annoncées par le gouvernement au profit des industriels sur le fuel oil n 2, El Ouafa a indiqué qu’aucune entreprise de production de briques et céramiques n’a pu produire de bilans financiers. “Le gouvernement veut soutenir ces activités, mais sur la base de données chiffrées vérifiables”, a-t-il prévenu.

“Le problème reste entier pour les grands et petits taxis, où les bénéficiaires d’agréments, les seuls opérateurs connus de l’administration, se refusent à constituer leur dossier dans la mesure où c’est le chauffeur qui paie le carburant”, a-t-il fait savoir.

En revanche, la question a été réglée avec les transporteurs en commun des voyageurs, en particulier le transport urbain, a assuré le ministre, notant que la même démarche progressive sera appliquée pour une éventuelle décompensation partielle du sucre qui, pour l’instant, “n’est pas à l’ordre du jour”, dans l’attente des conclusions de l’étude approfondie sur la cartographie de la consommation pour cibler les bénéficiaires.

Sur les onze premiers mois de 2013, la charge de compensation du sucre a atteint 3,26 MMDH, où l’essentiel de cette dépense a profité au sucre produit à partir des plantes sucrières, soit 3,15 MMDH

MAP

Signature d’un accord de coopération entre le Maroc et la République dominicaine dans le domaine de la pêche maritime

Saint Domingue- Le Royaume du Maroc et la République dominicaine ont signé, mercredi à Saint-Domingue, un accord de coopération dans le domaine de la pêche maritime et de l’aquaculture.

L’accord, signé côté marocain par Mme Zahra Rochdi, directrice des affaires juridiques et de la coopération au ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime, et côté dominicain par M. Juan Gomez, vice-ministre des affaires étrangères, s’assigne pour objectifs le renforcement de la coopération dans les domaines de la préservation des ressources halieutiques, de la protection de l’environnement marin et de la gestion rationnelle des ressources biologiques.

Ledit accord vise aussi l’échange des expertises en matière de pêche maritime, d’aquaculture, de formation, de recherches techniques et scientifiques et des industries de traitement des produits de la mer.

A cette occasion, les deux parties ont fait part de leur satisfaction du bilan de la visite de la délégation marocaine, sanctionnée par la signature de cet accord qui permettra de consolider les relations privilégiées entre la République dominicaine et le Royaume du Maroc et de hisser la coopération bilatérale au plus haut niveau.
MAP

Lancement officiel de la campagne nationale “Sauvons 10.000 nouveaux-nés”

Casablanca- La campagne nationale “Sauvons 10.000 nouveaux-nés”, placée sous la présidence d’honneur de SA la Princesse Lalla Zineb, a été officiellement lancée, mardi à Casablanca.

Initiée par l’association Al Hayat-chaînes de vie, cette campagne s’inscrit dans le cadre du plan d’action national pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et infantile.

Elle aspire également à concourir à atteindre des Objectifs de développement du Millénaire (OMD), principalement les objectifs 4, à savoir réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans, et 5: Améliorer la santé des mères.

L’association Al Hayat-chaînes de vie, en accord avec les données et la littérature internationale traitant de la maternité sans risque, propose l’application rigoureuse des quatre chaînes de vie lors de tout accouchement pour réduire de près de 75 pc les risques de mortalité et de morbidité maternelles et néonatales: chaîne de l’hygiène, chaîne de la chaleur, chaîne de la respiration et chaîne de l’allaitement maternel.

La cérémonie de lancement officiel de cette campagne s’est déroulée en présence notamment de membres du gouvernement, de gouverneurs, de représentants de missions diplomatiques accréditées au Maroc, de l’UNICEF, de l’initiative MSD for Mothers et de L.D.S Charities, ainsi que de professionnels de la santé.

MAP

La 9ème édition du SIAM ambitionne de mettre en valeur toutes les filières agricoles

Casablanca – La 9ème édition du Salon International de l’Agriculture (SIAM), prévue du 24 avril au 3 mai prochains à Meknès, ambitionne de promouvoir le secteur agricole à travers la mise en valeur de toutes les filières, a indiqué mardi à Casablanca, le commissaire général du salon, Jaouad Chami.
Le Salon qui connaitra cette année la participation de plus 1.000 exposants représentant 50 pays de différents continents, est le rendez-vous leader de l’agriculture au niveau de l’Afrique, de par sa superficie (170.000 m2), son nombre d’intervenants, son professionnalisme ainsi que le million de visiteurs attendus, a-t-il expliqué lors d’une conférénce de presse de présentation de cet événement.
Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 9è édition du Salon sera oragnisée autour du thème “les produits du terroir” avec l’Union européenne (UE) en tant qu’invitée d’honneur.
Les organisateurs de ce salon ont toujours veillé à choisir des thèmes agricoles d’actualité et inter-reliés, a-t-il ajouté, relevant que c’est dans le respect de cette approche que les différentes thématiques des éditions antérieures ont été choisies, à savoir “développement durable”, “agriculture solidaire”, “recherche et innovation” et “commerce agricole”.
Et d’ajouter que le Maroc, réputé pour la richesse de sa diversité climatique, végétale, édaphique et socio-culturelle, offre un potentiel intarissable pour la résurgence d’une multitude de produits de terroir, indiquant que la conjoncture mondiale actuelle, axée sur la santé et le bien être des communautés à cause de l’inquiétude de la recrudescence des produits chimiques et artificiels dans l’alimentation humaine, érige les produits du terroir au rang des produits alimentaires sains recherchés pour leurs effets bénéfiques sur la santé.
Le chantier de la stratégie du Plan Maroc Vert, lancée par SM, le Roi Mohammed VI à Meknès en 2008, a mis en compétition l’ensemble des régions agricoles du Maroc, chacune essayant de mettre en valeur les produits de terroir symboles de sa fierté, a-t-il poursuivi, notant que les différentes éditions de ce salon ont offert l’assise de base à ces régions pour exposer et faire connaître leurs produits de terroir, leurs spécificités et leur histoire.
Le SIAM, précurseur ayant sorti les produits du terroir de leur anonymat, la dernière édition ayant connu un engouement spectaculaire comme en témoigne le chiffre d’affaires réalisé, en 5 jours du salon, par les coopératives et qui représente plus de 80 pc de leur Chiffre d’affaires annuel, a rappelé M. Chami.
“Une multitude de produits de terroir a été identifiée, mais il reste beaucoup d’efforts à fournir pour asseoir ces produits sur le marché, régulariser leur offre par rapport à la demande, mettre à niveau les unités de production, tant à l’amont qu’à l’aval, limiter le risque d’incertitude qualitative et assurer un produit de qualité et de bonne valeur marchande”, a expliqué le commissaire, soulignant que le potentiel d’export de ces produits est actuellement estimé à 11 milliards de dirhams et que la diversification des produits peut aller bien au-delà de cette valeur.
L’édition 2014 s’articulera autour de neuf pôles et comprendra des expositions, conférences et des BtoB, ainsi qu’un concours de pas moins de 2.500 animaux résultants de rigoureuses sélections pour le trophée SIAM 2014

MAP

Forum économique Ivoiro-marocain : SM le Roi préside la cérémonie de signature de vingt-six accords de partenariat public-privé et d’investissement

SM-le-Roi-ceremonie-cloture-Forum-economique-ivoiro-marocain

Abidjan – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné du Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire, M. Daniel Kablan Duncan, a présidé, mardi à Abidjan, la signature de vingt-six accords de partenariat public-privé et d’investissement et ce, lors de la cérémonie de clôture du Forum économique Ivoiro-marocain (24-25 février).

Ces accords s’inscrivent dans le cadre des Hautes orientations royales contenues dans le discours de SM le Roi à l’occasion de l’ouverture du Forum économique ivoiro-marocain et relatives au renforcement de la coopération Sud/Sud et à la dynamisation du rôle du secteur privé.

Il s’agit de :

– Un protocole additionnel à l’accord relatif à l’encouragement et à la protection réciproque des investissements (signé à Abidjan le 19 mars 2013), signé par Nialé Kaba, ministre auprès du Premier ministre chargée de l’économie et des finances et Mohamed Boussaid, Ministre de l’Economie et des Finances.

– Une convention concernant la réalisation d’un point de débarquement aménagé dans la localité de Locodjoro/ Abidjan, signé par Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre ivoirien des ressources animales et halieutique, Nialé Kaba, Abdourahman Cissé, ministre auprès du Premier ministre chargé du budget, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Mohamed Boussaid, Mustapha Terrab, de la Fondation Mohammed VI de développement durable et Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank.

– Convention de jumelage entre le port autonome d’Abidjan et le port de pêche de Dakhla, signée par Kobenan Kouassi Adjoumani, Gaoussou Touré, ministre ivoirien des transports, Aziz Akhannouch et Aziz Rebbah, ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique.

– Protocole portant création du Comité mixte de mise en œuvre de l’Accord de Coopération en matière de pêche maritime et d’aquaculture, signé par Kobenan Kouassi Adjoumani et Aziz Akhannouch.

– Protocole de coopération entre le port autonome d’Abidjan et l’Agence nationale des ports (Maroc)–Port d’Agadir, signé par Gaoussou Touré et Aziz Rebbah.

– Protocole de coopération entre le port autonome d’Abidjan et l’Agence nationale des ports (Maroc)–Port de Casablanca, signé par Gaoussou Touré et Aziz Rebbah.

– Avenant à l’accord de coopération dans le domaine du tourisme, signé par Roger Kacou, ministre ivoirien du tourisme et Lahcen Haddad, ministre du Tourisme.

– Protocole d’accord en matière de promotion des investissements entre l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) et le centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire  (CEPICI), signé par Nialé Kaba et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’économie numérique.

– Accord de coopération entre Maroc-Export et l’association pour la promotion des exportations de Côte d’Ivoire (APEX-CI), signé par Guy Mbengue, directeur général de l’APEX-CI et Moulay Hafid Elalamy.

– Convention de partenariat entre le Groupe banque centrale populaire du Maroc et le ministère de l’Economie et des finances de Côte d’Ivoire (Micro finances), signée par Nialé Kaba et Mohamed Benchaaboun, PDG du Groupe banque centrale populaire du Maroc.

– Convention de partenariat entre le Groupe banque centrale populaire du Maroc et le ministère de l’Economie et des finances de Côte d’Ivoire (programme de financement du secteur de l’Education nationale et l’enseignement technique de Côte d’Ivoire), signée par Nialé Kaba et Mohamed Benchaaboun.

– Protocole d’accord-cadre entre l’Etat de Côte d’Ivoire et Attijariwafa Bank, signé par Nialé Kaba et Mohamed El Kettani.

– Convention cadre entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la BMCE Bank, signée par Nialé Kaba et Othmane Benjelloun, PDG de BMCE Bank.

– Convention entre Palmeraie développement et le gouvernement ivoirien pour la construction de logements sociaux, signée par Mamadou Sanogo, ministre de la construction, du logement, de l’assainissement et de l’urbanisme et Hicham Berrada Sounni, Président du groupe Palmeraie développement.

– Mémorandum d’entente pour l’implantation d’un complexe de transformation et de valorisation de poisson pélagique du groupe UNIMER en République de Côte d’Ivoire, signé par Kobenan Kouassi Adjoumani et Sail Alj, PDG du Groupe UNIMER.

– Convention entre Palmeraie développement et le gouvernement ivoirien (projets touristiques), signée par Roger Kacou et Hicham Berrada Sounni.

– Mémorandum d’entente entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la société COOPER PHARMA Maroc pour la réalisation d’une unité industrielle de production de médicaments, signé par Raymonde Goudou Coffie, ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida et Jawad Cheikh Lahlou, PDG de COOPER Pharma.

– Convention de partenariat entre le groupe Banque centrale populaire du Maroc et le Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), signée par Sylvie Patricia Yao, directeur du cabinet de la première dame et Mohamed Benchaaboun.

– Protocole d’accord entre IB Maroc et la direction de l’information et des traces technologiques (DITT), signé par Guelpetchin Ouattara, directeur de DITT, représentant le ministère d’Etat, ministère de l’Intérieur et de la sécurité et Abdellatif Hadef, PDG de IB Maroc.

– Convention cadre de coopération et de partenariat entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de la République de Côte d’Ivoire et l’université internationale de Casablanca, signée par Seidou Diaby, Directeur des bourses d’études au Ministère ivoirien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Tarafa Merouane, président du Conseil Académique de l’Université internationale de Casablanca.

– Convention de partenariat entre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la  Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) pour la création d’un conseil économique Maroc-Côte d’Ivoire, signée par Bernard N’Doumi, vice-président de la CGECI et Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM.

– Mémorandum d’entente de coopération en matière de zones industrielles entre le Groupe CDG développement et l’Agence ivoirienne de gestion et de développement des infrastructures industrielle (AGEDI), signé par Youssouf Ouattara, directeur général par intérim de l’AGEDI et Anas Houir Alami, PDG de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG-développement).

– Convention cadre de collaboration dans le domaine minier entre le gouvernement ivoirien et le groupe MANAGEM, signée par Dembele Yahaya, Conseiller technique du directeur général de la société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI) et Abdelaziz Abarro, PDG du Groupe MANAGEM.

– Accord cadre de partenariat entre Attijariwafa Bank et le Fonds Africain de garantie pour les Petites et moyennes entreprises (AGF), signé par Félix Bikpo, directeur général du Fonds, et Mohamed El Kettani.

– Convention de financement de 50 millions de dollars entre la Banque centrale populaire et la société financière internationale (SFI- filiale de la Banque Mondiale), signée par Georgina Baker, directeur à la SFI et Mohamed Benchaaboun.

– Convention de financement de 60 millions de dollars entre la Banque Centrale populaire et la Banque japonaise SUMITOMI, signée par Jun Yokoe, Joint general manager et Mohamed Benchaaboun.

MAP