Grève des boulangers: le gouvernement refuse la logique du chantage et toute atteinte au pouvoir d’achat des citoyens

khalfi-point-de-presseRabat – Le gouvernement qui croit au dialogue refuse la logique du chantage et toute atteinte au pouvoir d’achat des citoyens, a indiqué jeudi le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi, en réaction à la grève des boulangers, observée mercredi et jeudi.

Interrogé sur cette grève lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, M. El Khalfi a souligné que le marché n’a pas été affecté par ce mouvement puisque l’approvisionnement du marché par ce produit de première nécessité s’est fait de manière normale, précisant que ce mouvement n’a été suivi que par 14 à 16 pc des professionnels au premier jour et 11 pc le matin du second jour.

Le gouvernement est conscient que la gestion des questions sociales se fait dans le cadre du dialogue, a-t-il assuré, ajoutant que l’exécutif a réagi avec responsabilité aux revendications des syndicats et s’est engagé à accélérer la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre du dialogue social.

MAP

Le Conseil économique, social et environnemental adopte à l’unanimité le rapport sur la gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc

Le Conseil économique, social et environnementaladopte à l’unanimité le rapport sur la gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au MarocRabat – Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) qui a tenu, jeudi à Rabat, sa 36ème assemblée générale ordinaire sous la présidence de M. Nizar Baraka, a adopté à l’unanimité le rapport sur “la gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc : levier fondamental de développement durable”.

“Le rapport représente une véritable approche intégrée qui permet véritablement d’assurer une gestion plus efficace des ressources en eau qui repose à la fois sur la notion de la responsabilité et de la durabilité”, a indiqué M. Baraka à l’ouverture de l’assemblée générale ordinaire du Conseil.

Le président du Conseil a également fait savoir que le Royaume a réalisé “des pas très importants” dans le secteur à travers notamment la nouvelle stratégie de l’eau mise en place en 2009 et la politique des barrages qui a fait du Maroc “un pays modèle”, en appelant à maintenir “ce niveau d’excellence”.

Intervenant par la même occasion, Moncef Ziani, membre du Conseil, a relevé l’impératif de renforcer la gestion participative de l’eau et la concertation dans le secteur, à travers la consolidation des prérogatives du Conseil supérieur de l’eau et du climat (CSEC) en tant qu’instance nationale de concertation, d’orientation et d’évaluation de la politique nationale du secteur de l’eau et de l’assainissement.

MAP

Le volume surexploité des ressources en eaux souterraines atteint actuellement 1 milliard de m3 par an

Forum-sur-la-gestion-des-eaux-souterraines-MSkhirat – Le volume surexploité des ressources en eaux souterraines atteint aujourd’hui 1 milliard de m3 par an, entrainant la baisse quasi-généralisée des niveaux piézométriques au niveau des principales nappes du pays et la réduction des débits, voire l’assèchement des sources, a affirmé, mercredi à Skhirat, la ministre déléguée chargée de l’eau, Charafat Afilal.

“Les ressources en eaux souterraines sont confrontées depuis plusieurs décennies à la surexploitation et la dégradation de leur qualité. Le volume surexploité aujourd’hui est de l’ordre de 1 milliard de m3 par an”, a déploré la ministre, qui intervenait à l’ouverture de l’atelier national sur la gestion des eaux souterraines.

Dans ce cadre, Mme Afilal a fait savoir que le territoire marocain recèle d’importantes ressources en eau souterraines, dont le potentiel naturel renouvelable est estimé à un peu plus de 4 milliards de m3 par an.

“Ces ressources jouent un rôle déterminant dans le développement économique et social du pays, et assurent ainsi la quasi-totalité des besoins en eau des populations rurales, en irriguant près de 40 pc de la superficie totale irriguée”, a-t-elle insisté.

MAP

Tanger : SM le Roi lance d’importants projets destinés à la réhabilitation du patrimoine historique et culturel de la ville

SM le Roi lance d’importants projets destinés à la réhabilitation du patrimoine historique et culturel de la villeTanger – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé mercredi au lancement d’importants projets destinés à la réhabilitation du patrimoine historique de la ville cosmopolite de Tanger et sa réconciliation avec son passé culturel riche et prestigieux.

Le Souverain a ainsi lancé les travaux de construction d’un Complexe des arts et des cultures, de réhabilitation des Grottes d’Hercule, ainsi que ceux d’aménagement du parc urbain Perdicaris-R’Milat, pour une enveloppe budgétaire globale de l’ordre de 130 millions de dirhams (MDH).

Partie intégrante du vaste programme “Tanger-Métropole”, ces projets traduisent l’intérêt particulier qu’accorde Sa Majesté le Roi à la préservation et à la valorisation du patrimoine historique de la capitale du Détroit, riche de son identité plurielle aux multiples affluents, et la volonté constante du Souverain de promouvoir la création artistique dans la région.

Le Complexe des arts et cultures sera réalisé au niveau du Boulevard Mohammed VI (centre-ville) pour un coût global de 100 MDH. Espace de formation et de répétitions pour les troupes théâtrales et de musique de la ville, ce projet devra contribuer au renforcement des infrastructures artistiques et culturelles de Tanger.

Le futur Complexe des arts et des cultures, qui comprendra notamment un grand théâtre (1.500 places), deux salles de répétitions, une école théâtrale, des clubs de musique andalouse, d’arts plastiques et de danse, des studios d’enregistrement, une salle polyvalente, favorisera l’émergence de nouveaux talents parmi les jeunes générations dans les domaines artistiques.

Il encouragera toutes les formes d’expression créatrices, aussi bien celles en harmonie avec le patrimoine séculaire de la ville de Tanger que celles en phase avec le goût moderne, dans ses styles et ses genres, multiples et variés.

Le projet de réhabilitation des Grottes d’Hercule (10 MDH) consiste, pour sa part, en le renforcement des parois des grottes, l’aménagement des espaces extérieurs, la construction de locaux commerciaux, de cafés et de restaurants, et la modernisation du réseau d’éclairage public. L’objectif étant la sauvegarde de cet important site naturel, classé monument historique en 1950, la reconquête de sa notoriété et le développement de l’écotourisme au niveau de cette région.

Véritable parc botanique et zoologique contenant des centaines d’espèces autochtones et exotiques, le parc urbain Perdicaris – R’Milat connaîtra, quant à lui, des travaux de réhabilitation consistant notamment en la restauration du château Perdicaris, la rénovation de la place R’Milat et des places avoisinantes, l’aménagement des espaces verts et circuits pédestres pour les randonneurs, ainsi que la mise en place du mobilier urbain.

Mobilisant des investissements de l’ordre de 20 millions de dirhams, la réhabilitation de ce parc, déclaré Site d’intérêt biologique et écologique (SIBE), est destinée à en faire un haut lieu de détente, de récréation et de sensibilisation des citoyens quant à l’importance de la protection de leur environnement.

Ces projets, qui confortent les différentes initiatives lancées par Sa Majesté le Roi au niveau de Tanger, s’assignent ainsi pour principal objectif le renforcement du positionnement touristique et culturel de la capitale du Détroit à l’échelle internationale, dans le strict respect de l’environnement.

MAP

Grand Prix National de la Presse Agricole et Rurale

Plan-Maroc-vert

Edition 2014 : Adressez vos candidatures avant le 1er avril 2014

Qui peut participer ?

Tous les journalistes de la presse écrite, électronique, radio, TV en possession d’une carte de presse en cours de validité, peuvent participer au GRAND PRIX NATIONAL DE LA PRESSE AGRICOLE ET RURAL, en proposant un article publié ou un reportage diffusé sur un média au cours de la période allant du 1er avril 2013 au 31 mars 2014, sur un sujet dans les domaines agricole, alimentaire ou rural.

Modalités de participation

Pour participer, adressez vos candidatures avant mardi 1 er avril 2014 à :

la Division de la communication au sein du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Avenue Mohammed V, Quartier Administratif, Place Abdellah Chefchaouni, B.P. 607 – Rabat

Quel prix ?

Le lauréat recevra en récompense, un voyage pour deux personnes d’une semaine dans une destination à l’étranger, remis par le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime à l’occasion du Salon International de l’Agriculture au Maroc qui se tient à Meknès du 24 avril au 3 mars 2014.

Date limite de dépôt des candidatures

Le 1er avril 2014.

Comment postuler ?

En déposant ou en adressant par voie postale, sous plis fermés :

  • 2 exemplaires de l’article ou reportage ou
  • 2 CD pour les documentaires/reportages audio ou vidéo
  • Une fiche de renseignements (nom et prénom, Tél, email, numéro de la carte professionnelle, Nom du support, titre de l’article ou reportage) signée par la/le candidat(e)
  • Photocopie de la CIN

à : Division de la communication, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Avenue Mohammed V, Quartier Administratif, Place Abdellah Chefchaouni, B.P. 607- Rabat

N’oubliez pas de noter !

  • Vos nom et prénom
  • Numéro de téléphone
  • Email
  • Numéro de carte professionnelle
  • Nom du support
  • Titre de l’article ou de l’émission
  • Photocopie de la CIN

En transmettant sa candidature, le postulant est considéré avoir lu et accepté le règlement du Grand Prix national de la presse agricole et rurale.

Pour tous renseignements

Division de la communication

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime – Rabat

Tél : +212 5 37 66 56 33

Fax : +212 5 37 76 67 40

GSM : + 212 6 57 83 20 94/ +212 6 57 83 21 26

Suivi de la mise en œuvre des contrats programmes Gouvernement/Professionnels dans le cadre du Plan Maroc Vert

Suivi de la mise en œuvre des contrats programmes Gouvernement/Professionnels dans le cadre du Plan Maroc Vert
Suivi de la mise en œuvre des contrats programmes Gouvernement/Professionnels dans le cadre du Plan Maroc Vert

19/03/2014 – M. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, a présidé le mercredi 19 mars 2014 à Skhirat, la réunion annuelle du comité Gouvernement/professionnels, de suivi des contrats-programmes filières, lancés dans le cadre du Plan Maroc Vert.

Les professionnels ont insisté à l’ouverture des travaux de la réunion sur une revendication principale qui réside en la création d’un encadrement juridique sous forme d’une loi cadre ou une loi d’orientation agricole qui serait le garant de la pérennisation du Plan Maroc Vert dans les années à venir.

Les travaux se sont ensuite attelés à la présentation de l’état d’avancement des contrats programmes lancés dans le cadre du Plan Maroc Vert. Depuis le lancement du Plan le Gouvernement et les professionnels ont conclu entre 2008 et 2013 dix huit contrat-programmes visant le développement et la mise à niveau des principales filières agricoles, dont 13 végétales et 5 animales.

Cette rencontre annuelle s’est déroulée en présence du président de la Fédération des Chambres d’Agriculture, des représentants des organisations professionnelles ainsi que des directeurs et cadres du département de l’Agriculture. Elle a été marquée par l’évaluation des réalisations des contrat-programmes mais également par l’identification des axes d’amélioration pouvant être apportés au sein de chaque filière.

Les résultats sont globalement positifs et dépassent parfois les objectifs fixés initialement pour la plupart des filières. Ces résultats ont été réalisés grâce à l’implication et au dynamisme des professionnels d’une part, et au soutien de l’Etat dans le cadre du Fonds de Développement Agricole, entre autres, d’autre part.

Plusieurs filières ont réalisé des progrès de taille notamment en termes de production. La filière sucrière a connu une augmentation de 46% entre 2012 et 2013, la production de la filière des agrumes est passée de 1,46 millions de tonnes à 2,2 en 2013.

Cette grande réunion qui a abordé les différents leviers de développement des filières agricoles végétales et animales a consacré la nécessité de renforcer les organisations professionnelles au niveau régional et national. Ce chantier est concerné par une nouvelle loi encadrant la mise en place des interprofessions, considéré dans le cadre du Plan Maroc Vert comme un acteur majeur d’appui et de suivi des programmes de développement agricoles.

L’autre volet qui a attiré l’attention des participants à cette réunion, la valorisation et la commercialisation des produits agricoles. Au delà de la dynamisation de l’amont agricole, ce volet revêt une importance majeure dans la création et la préservation de la valeur ajoutée des produits ainsi que dans la satisfaction des besoins du  consommateur, sans oublier son rôle dans le renforcement des capacités des agriculteurs à faire face aux défis liés notamment à l’ouverture des marchés. La réorganisation des marchés de gros pour les filières végétales, des marchés à bestiaux et des abattoirs pour les filières animales sont parmi les chantiers importants initiés pour l’organisation de la commercialisation.

Les ateliers organisés en marge de la réunion ont porté sur l’agrégation et sur la commercialisation des produits agricoles sur le marché local et à l’export.

PUBLI-INFORMATION

Energie solaire: Le Maroc en passe de devenir un acteur de référence

Le Maroc est en passe de devenir un acteur de référence dans l’exploitation et l’utilisation des énergies propres, grâce notamment au projet phare de la station solaire d’Ouarzazate ‘’Noor 1’’

Les premiers kwh seront injectés dans le réseau électrique national avant la fin 2015. Le Royaume a fait le choix irréversible d’ exploiter de manière optimale son important gisement solaire et éolien, en vue de réduire sa dépendance énergétique et d’inscrire sa démarche dans une optique de développement durable et intégré des tissus social, économique et environnemental.

Acteur engagé aux côtés des pays les plus mobilisés en faveur de la lutte contre les changements climatiques, le Royaume a fait le choix d’une croissance à faible intensité de carbone et de stratégies énergétiques adaptées et novatrices dont les effets et les bénéfices pourraient se faire sentir au-delà de ses frontières.

La manifestation la plus éloquente de ce choix stratégique est le projet marocain de l’énergie solaire, lancé en novembre 2009. Ce projet ambitieux et réaliste s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique du Royaume tracée conformément aux Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et destinée à promouvoir un développement humain durable, à travers notamment l’utilisation des nouvelles technologies propres. Ce projet national vise la mise en place en 2020, d’une capacité de 2.000 mégawatts, soit 14 pc des besoins énergétiques prévisionnels du Royaume à l’horizon 2020. Sept sites ont été identifiés pour la réalisation de ce projet, à savoir les sites d’Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour, Sebkhat Tah, Midelt et Tata.

Grâce à la mise en valeur du potentiel solaire, le projet marocain de l’énergie solaire contribuera à la réduction de la dépendance énergétique, à la préservation de l’environnement, par la limitation des émissions des gaz à effet de serre et à la lutte contre les changements climatiques.

A terme, il permettra annuellement des économies en combustibles de 1 million de tonne équivalent pétrole (TEP) et d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2.

Le projet marocain de l’énergie solaire, qui mobilise des investissements de l’ordre de 9 milliards de dollars, est en phase avec la tendance internationale, qui, face à une demande énergétique croissante et au défi du réchauffement climatique, place les énergies renouvelables et particulièrement l’énergie solaire au rang des priorités.

Acteur de référence dans le solaire

Après la centrale thermo-solaire à cycle combiné intégré d’Ain Béni Mathar (province de Jerada), inaugurée par SM le Roi le 12 mai 2010, le projet marocain de l’énergie solaire s’est vu conforté en 2013 grâce au lancement par le Souverain des travaux de réalisation de la première centrale du complexe solaire intégré d’Ouarzazate “Noor 1”.

Première du genre au monde en termes de capacité de production (160 MW), la future centrale (7 milliards de dirhams) fournira les premiers kwh en août 2015 et permettra la promotion de l’industrie locale, l’acquisition d’une expertise de haut niveau en la matière, le développement intégré de la région d’implantation, ainsi que la production d’une énergie électrique propre et renouvelable.

S ‘étendant sur 3.000 hectares, le Complexe solaire “Noor”, qui devra atteindre à terme une capacité de production globale de 500 MW, illustre la volonté royale d’optimiser l’exploitation des ressources naturelles du Maroc, de préserver son environnement, de pérenniser son développement économique et social, et d’assurer l’avenir des générations futures.

En ce qui concerne l’état d’avancement des autres projets inscrits dans le cadre du projet marocain de l’énergie solaire, la Moroccan Agency For Solar Energy (MASEN) se charge de réaliser les études techniques préliminaires requises. L’Agence a une équipe qui s’occupe de la qualification globale des sites présélectionnées. Le succès du plan solaire est largement tributaire des capacités des ressources humaines, pour cela MASEN accorde une place de choix à la R&D (recherche/développement).

Ainsi, l’agence a adopté une approche basée sur trois axes, à savoir le renforcement des capacités des enseignants-chercheurs, à travers notamment la participation aux conférences scientifiques internationales, la formation à la gestion des projets de R&D, et le soutien aux activités de recherche. Il s’agit aussi de favoriser le développement des compétences des étudiants des universités et d’écoles d’ingénieurs et la diffusion des connaissances dans le domaine du solaire par le soutien à l’organisation des événements scientifiques favorisant l’échange et la capitalisation sur les expériences internationales.

Outre son rôle de levier de coopération Sud-Nord et Sud-Sud, la concrétisation du projet marocain de l’énergie solaire fera du Royaume un acteur de référence dans le solaire à travers en particulier l’acquisition d’une expérience de haut niveau en la matière, la satisfaction de la demande croissante en énergie, la production d’une énergie électrique propre et renouvelable.

MAP

Tanger-Tétouan : Près d’un million de DH pour la lutte contre les maladies fongiques des céréales

Tanger, 18 mars 2014  – La direction régionale de l’Agriculture à Tanger-Tétouan a consacré une enveloppe de près d’un million de DH pour les efforts de lutte contre les maladies fongiques des céréales au niveau de la région.

Dans un communiqué parvenu mardi à la MAP, la direction indique que l’opération de traitement des maladies des céréales, qui a démarré lundi dans la province de Larache, est destinée en premier lieu aux petits cultivateurs et visent la sensibilisation à l’importance de lutter contre ce genre de maladies et réduire leur impact sur la qualité et la quantité de la production.

L’opération a aussi pour objectif d’habituer les bénéficiaires à utiliser le traitement chimique rationnel contre les maladies fongiques, qui causent des pertes atteignant parfois 30 pc du volume global pour les espèces de blé résistantes et 80 pc pour les espèces vulnérables en cas d’absence de traitement adéquat.

Selon la même source, cette opération concernera 400 ha relevant de l’Office régional de mise en valeur agricole du Loukkos pour un montant de 360 mille DH, en plus de 400 ha relevant des directions provinciales de l’Agriculture de Tanger et de Tétouan (120 mille DH) et 200 ha relevant de la direction provinciale de l’Agriculture de Ouezzane (200 mille DH).

MAP

Le plan d’action 2014 de l’Agence Marchica consacre le recentrage de son intervention aux zones urbaines de Nador et Beni Ansar, selon son DG

Benkirane-preside-Conseil-d-administration-MarchikRabat – Le plan d’action 2014 de l’Agence pour l’aménagement du site de la lagune de Marchica s’inscrit dans le cadre du nouveau plan septennal 2014-2020 et consacre le recentrage de son intervention aux zones urbaines de Nador et Beni Ansar et des trois projets stratégiques de développement de la cité de l’ONDA, de la cité d’Atalayoun et de la cité des deux mers, a déclaré mardi à Rabat, M. Saïd Zarrou, directeur général de l’Agence pour l’aménagement du site de la lagune de Marchica.

L’année 2014 connaitra la poursuite des travaux dans les projets déjà engagés lors des exercices précédents et qui devaient pour la plupart être achevés durant cette année. Ces projets consistent essentiellement en la restructuration des quartiers et la requalification de la corniche de Nador dans sa phase de finition, a précisé M. Zarrou dans une déclaration à la presse au début des travaux du 4è Conseil d’Administration de l’Agence.

S’exprimant à cette occasion, le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane a salué les efforts consentis pour l’ouverture de nouvelles zones à l’urbanisation, la restructuration des quartiers sous-équipés, la requalification des corniches et la réhabilitation environnementale, relevant que, malgré les efforts consentis, l’aboutissement de ce projet, qui jouit de la haute sollicitude royale, est tributaire de l’adhésion effective de tous les partenaires.

MAP

L’heure légale au Maroc avancée de 60 minutes à compter de dimanche 30 mars courant

L’heure légale au Maroc avancée de 60 minutes à compter de dimanche 30 mars courantRabat- L’heure légale au Maroc sera avancée de 60 minutes (GMT+1) le dimanche 30 mars 2014 à compter de 02h00 du matin, a annoncé lundi le ministère de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration.

Cette mesure intervient en application du décret n 2.13.781 du 21 Dou Al Kaada 1434 de l’Hégire correspondant au 28 septembre 2013, a rappelé le ministère dans un communiqué.

MAP