L’élevage au Maroc : chiffres clés de 2013

L’élevage se place parmi les secteurs clés de l’agriculture marocaine en générant un chiffre d’affaires de près de 35 milliards de dirhams par an, soit plus de 44% du chiffre d’affaires agricole. La contribution de la viande bovine, ovine et caprine est de 67% du chiffre d’affaire total. Ce secteur contribue aussi au développement économique du pays à travers la création d’emploi avec plus de 2,5 millions de postes.

L’élevage au Maroc

Evolution de la production du secteur
En 2013, le secteur de l’élevage a bénéficié de conditions climatiques favorables, une bonne production céréalière, un couvert végétal satisfaisant au niveau des principales zones de parcours et une exonération des droits et taxes à l’importation des aliments pour bétail depuis janvier 2013. Ainsi, l’offre alimentaire s’est chiffrée à près de 18 milliards d’unités fourragères, ce qui s’est traduit d’une part par une baisse des prix des aliments allant jusqu’à 10% et d’autre part par la bonne tenue des prix des animaux vif.

Evolution de la production du secteur

La production laitière a connu une croissance de 12% entre 2010 et 2013 et ce grâce aux efforts d’amélioration génétique du cheptel bovin par l’insémination artificielle et les importations des vaches de race pure.

Quant à la production avicole, elle a connu une quasi-stagnation durant les 3 campagnes agricoles. En effet, cette filière avait déjà dépassé les objectifs de production déjà prévus dans le cadre du contrat programme. En 2013, la production s’est établie autour de 560 000 tonnes ce qui a couvert plus de 100% des besoins de consommation.

Evolution des importations
En 2013, l’importation des vaches de race pure affiche une croissance de 70% par rapport à 2008 soit un effectif total de plus de 88 000 têtes.

Evolution des importations elevage maroc

Quant aux importations des taurillons, elles ont atteint 40 000 têtes depuis mars 2010. Cette performance est due essentiellement aux mesures de suspension des droits de douane et à la baisse de la TVA à l’importation de 20% à 10%. Il est à noter que l’importation de génisses a aussi permis d’augmenter le cheptel de reproducteur amélioré de plus de 200 000 femelles.

En plus de la contribution des importations des races pures, l’importation des semences animales de race améliorée permet de contribuer à l’amélioration de la productivité. En 2013, près de 160 000 doses de semences animales ont été importées pour l’insémination artificielle du cheptel bovin.

MAPM

  Source : Crédit Agricole du Maroc

De gros moyens pour doper la production de lait à Sefrou

De gros moyens pour doper la production de lait à SefrouFès- Un ambitieux plan d’actions, doté de gros moyens financiers, a été mis en place pour doper la production de lait dans la province de Sefrou, qui doit passer de 20 millions de litres/an actuellement à 30 millions de litres/an à l’horizon 2020, soit une amélioration de 33 pc.

Ce plan, mis en place par la délégation provinciale de l’agriculture, prévoit l’augmentation de la quantité commercialisée par le secteur organisé de 4,5 millions de litres à 7,2 millions de litres en 2020, soit une hausse de 60 pc, le renforcement des organisations professionnelles, l’amélioration du revenu des éleveurs et la consolidation du partenariat avec les éleveurs et les industriels.

La province de Sefrou dispose d’un important effectif de 24.000 têtes de bovins, réparties entre 35 pc de race pure, 40 pc de race croisée et 25 pc de race locale, 395.000 têtes d’ovins et 142.000 têtes de caprins .

La production annuelle est estimée à 20 millions de litres/an, dont 4,5 millions commercialisés par le secteur organisé, soit 20 pc de la production totale. La collecte de cette production est assurée par 18 centres qui disposent d’une capacité de 29.000 litres/jour.

Le secteur laitier est encadré par 18 coopératives laitières dont 17 actives et 9 en cours de constitution.

Le plan d’actions ambitionne d’augmenter le rendement du secteur, en faisant de l’approche filière un outil de développement du secteur laitier, en concentrant les efforts sur les zones à hautes potentialités de production et en développant l’agrégation pour organiser le secteur, conformément aux objectifs du plan Maroc vert.

Ainsi, d’importantes subventions, de plus de 5,343 millions de dirhams (MDH) pour des investissements estimées à 38,407 MDH, ont été allouées par le ministère de l’Agriculture en 2013 pour l’acquisition des génisses laitières, la construction de bâtiments d’élevage et la mise en place des équipements d’élevage.

MAP

La participation d’arbitres marocains au Festival International des chevaux, une concrétisation de la coopération maroco-égyptienne dans la filière équine

مسابقة جمال الخيول العربيةLe Caire – La participation d’un jury marocain au Festival International des chevaux arabes s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de la coopération maroco-égyptienne an matière d’élevage des chevaux pur-sang arabes, a indiqué l’arbitre international marocain, Mohamed Machmoum.

“La participation de deux arbitres marocains à cette édition procède de la volonté du Maroc d’apporter ses bons offices à l’Egypte, en vue de faire réussir de telles compétions, eu égard surtout au blocus imposé par l’Union Européenne à l’Egypte en matière de la mobilité des chevaux”, a souligné à la MAP, M. Machmoum en marge du Salon.

MAP

Fête du Sacrifice 2012-2013 : Une offre couvrant largement la demande

Moutons-sardiA la veille de la fête de l’Aid El Adha, le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime procède à l’évaluation de la situation prévisionnelle de l’approvisionnement du marché en animaux pour le sacrifice de l’Aid, en étroite concertation avec les professionnels de la filière des viandes rouges.

L’Aïd Al Adha de cette année intervient dans une campagne agricole marquée par les points saillants suivants :

1. Une bonne campagne agricole ayant impacté les disponibilités fourragères pour le cheptel en particulier les parcours et les jachères ;

2. Une hausse des prix des matières premières entrant dans l’alimentation animale sur le marché international, ce qui s’est traduit par une hausse des prix des aliments de bétail dépassant 20% selon les produits, malgré les mesures prises par le gouvernement pour l’exonération de l’importation de ces produits, des taxes et des droits douanes ;

3. L’achèvement du programme de sauvegarde de cheptel qui a été lancé en Mars 2012 et a touché quelques régions en 2013. Celui ci a aidé les éleveurs d’ovins et de caprins à assurer l’approvisionnement normal du marché en produits, en particulier durant les périodes de fortes demandes (période estivale ou le mois sacré de Ramadan) ;

4. Les performances zootechniques  ont connu une légère baisse par rapport à l’année dernière atteignant un taux d’agnelage de 80% et un taux de mortalité réduit ne dépassant pas 5% ;

5. L’état sanitaire des animaux est bon dans l’ensemble des régions du Royaume grâce aux programmes de surveillance continus, aux renforcements des encadrements sanitaires et des campagnes prophylactiques et des traitements contre les maladies réputées contagieuses à incidences économiques menées par les services vétérinaires relevant de l’ONSSA.

Selon les statistiques réalisées régulièrement par le ministère de l’agriculture et de la Pêche maritime, les effectifs du cheptel ovin et caprins au titre de l’année 2012 s’élèvent à 25,3 millions de têtes dont 19,1 Millions d’ovins et 6,2 Millions de caprins.

Pour l’évaluation de l’offre et de la demande à l’occasion de l’Aid Al Adha, les éléments suivants ont été pris en considération:

1- Les données statistiques réalisées par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime  sur :

  • Les effectifs du cheptel ovin et caprin ;
  • Les données sur les abattages à l’occasion de l’Aïd El Adha de l’année précédente  (1433) ;
  • Les abattages d’ovins (mâles et femelles) enregistrés au niveau des abattoirs contrôlés ;

2- Les normes zootechniques (taux d’agnelage, taux de mortalité) observées sur le cheptel ovin et caprin dans les différentes régions du royaume.

Les données recueillies ont permis d’évaluer l’offre et la demande prévisionnelles en ovins et caprins comme suit :

  • Les disponibilités en ovins et caprins destinés à l’abattage de l’Aïd sont estimées à près de 8.3 millions de têtes dont 4.83 millions d’ovins mâles et 3.47 millions d’agnelles et de caprins.
  • La demande est estimée à 5.4 millions de têtes, dont 4.7 millions d’ovins (soit 4,18 millions mâles)  et  700. 000 caprins.

La comparaison entre l’offre et la demande montre que les disponibilités en animaux couvrent la demande.

Il est à noter que l’opération de l’Aïd Al Adha constitue une opportunité pour améliorer la trésorerie des agriculteurs pour lesquels l’élevage de petits ruminants représente la principale source de revenus, notamment dans les vastes zones de parcours qui couvrent environ 70% de la superficie du pays. Ainsi les transactions commerciales des animaux d’abattages à l’occasion de l’Aïd Al Adha 1434 permettront de réaliser un chiffre d’affaires dépassant les 8 milliards de dirhams, dont la grande partie sera transférée au milieu rural, permettant ainsi aux agriculteurs de faire face aux dépenses des autres activités agricoles, en particulier durant cette période de lancement de la campagne agricole 2013-2014. Ces ressources financières contribueront à dynamiser les activités économiques globales dans le monde rural.

Enfin, le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime assurera un suivi rapproché de l’approvisionnement des différents marchés pour suivre de prés les cours des animaux commercialisés notamment au niveau des grandes surfaces, des souks ruraux et des principaux points de vente au niveau des villes et de l’état sanitaire des animaux par les services vétérinaires relevant de l’ONSSA.

PUBLI-INFORMATION

Aïd Al Adha : Etat des lieux

Le marché a été pleinement approvisionné. Malgré la conjoncture qui a marqué la saison agricole 2011-2012 et la hausse des prix des aliments de bétail, les agriculteurs ont pu garantir un approvisionnement normal du marché en produits animaliers.
Ainsi, l’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à environ 7,5 millions de têtes, dont 4,5 millions d’ovins mâles et 3 millions d’agnelles et de caprins. La demande quant à elle est estimée à 5,2 millions de têtes repartie entre 4,3 millions d’ovins mâles, 500.000 d’agnelles et 400.000 de caprins.
D’une manière globale l’état sanitaire du cheptel ovin et caprin est très satisfaisant dans l’ensemble des régions du Royaume grâce aux campagnes de vaccination contre les maladies contagieuses menées par les services vétérinaires relevant de l’Office nationale de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).
A cette occasion, les autorités locales ont insisté sur le respect des normes de sécurité sanitaire se rapportant aux opérations d’achat, d’entretien de l’animal, de son abattage, de l’examen de la carcasse et des abats ainsi que de la conservation de la viande.

Le prix est un peu plus élevé qu’en 2011
La campagne 2011-2012 a été marquée par une augmentation des prix des aliments de bétail, ce qui a entrainé un surcoût de 12 à 15% des charges des éleveurs. De ce fait, les spécialistes de l’Association nationale des éleveurs d’ovins et de caprins (ANOC) estiment que le prix du mouton a augmenté de 2 DH à 5 DH le kilo, selon la race, l’âge, le moment d’acquisition et le lieu d’achat. A titre d’exemple, le Sardi est vendu à environ 45 à 50 DH le kilo vif et les autres races sont vendues entre 40 et 45 DH.
Pour faire face aux spéculations et à la hausse des prix, le consommateur profite de la proximité des éleveurs. Car en plus des souks, les moutons sont proposés dans de petites fermes, des étables accessibles au grand public et des espaces de vente adossés à la grande distribution.
Les transactions commerciales de Aïd Al Adha permettent aux éleveurs d’alimenter leur trésorerie en réalisant 70% de leur chiffre d’affaires annuel. Ainsi, le chiffre d’affaires réalisé à l’occasion de l’Aïd Al Adha 1433 devrait dépasser les 8 milliards de dirhams.
En parallèle, Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime a mis en place un système de suivi rapproché des prix et de l’approvisionnement des différents marchés pour suivre de près les cours des animaux commercialisés notamment au niveau des grandes surfaces, des souks et les principaux points de vente au niveau des villes.

source : MAPM/ANOC

Aid Al Adha: Le marché sera largement approvisionné

Rabat – La comparaison entre l’offre et la demande en têtes d’ovins et de caprins devant être sacrifiées à l’occasion de l’aid Al Adha, montre que les disponibilités couvrent largement la demande, avec une offre estimée à environ 7,5 millions de têtes, a assuré le ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime.

L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage de l’Aïd de l’année 1433 est estimée à environ 7,5 millions de têtes, dont 4,5 millions d’ovins mâles et 3 millions d’agnelles et de caprins, indique le ministère dans un communiqué.

La demande est estimée à 5,2 millions de têtes, dont 4,8 millions d’ovins (4,3 millions d’ovins mâles et 500.000 d’agnelles et 400.000 de caprins), ajoute la même source.

Malgré la conjoncture qui a marqué la saison agricole et la hausse des prix des aliments de bétail, les éleveurs et les professionnels du secteur ont pu garantir l’approvisionnement du marché en produits animaliers, assure le ministère.

La production des viandes ovines a connu une hausse de 2 pc, soit 450.000 tonnes en 2012, a noté le communiqué.

MAP

M. Akhannouch: La contribution de la filière équine au PIB national devrait doubler d'ici 2020

La contribution de la filière équine au PIB national devrait doubler d’ici 2020 pour atteindre 7 milliards de DH dans le cadre de la stratégie nationale consacrée à ce secteur, a assuré le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch.

Les principaux textes de ladite stratégie sont en cours de déploiement sur le terrain, a indiqué le ministre dans un entretien paru lundi sur les colonnes du quotidien l’Economiste, précisant que des contrats-programmes confiés à la Société royale de l’encouragement du cheval (Sorec) seront signés fin 2012 avec les associations professionnelles de la filière pour une durée de 5 ans (2013-2018).

Interrogé, par ailleurs, sur l’accord agricole avec l’Union européenne qui entre en vigueur le 1er octobre, le ministre estime qu’il constitue une opportunité pour les exportateurs marocains de fruits et légumes qui se sont bien préparés pour servir le marché traditionnel pour le Maroc et pour lequel il y a aujourd’hui de meilleurs perspectives et de quotas supplémentaires.

Quant au projet concernant la mise en place d’une plateforme logistique de commercialisation des fruits et des légumes pour les marchés extérieurs, le ministre affirme que les études viennent juste d’être attribuées.

MAP

Envolée des prix de la volaille en raison de la canicule

Les prix de la volaille ont presque doublé en quelques semaines au Maroc, passant de 13 à 25 DH le kilogramme dans certaines régions, en raison de la canicule.

Des professionnels du secteur estiment toutefois que d’autres facteurs sont à l’origine de l’augmentation des prix de la volaille.

Pour Omar Badaoui, responsable au marché de gros de volaille à Rabat, cette augmentation des prix n’est pas due uniquement à la vague de chaleur qui sévit dans le pays ou à l’importance de la demande en cette période d’été.

“Le prix du fourrage a augmenté depuis 3 mois”, a déclaré M. Badaoui dimanche soir à la chaîne de télévision 2M, déplorant que 70 pc des petits éleveurs soient contraints de fermer boutique.

MAP

L’ONSSA obtient l’accréditation NM ISO/CEI 17020: une première au Maroc

La Division de la Pharmacie et des Intrants Vétérinaires relevant de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) vient d’être accréditée, conformément aux critères de la norme NM ISO/CEI 17020, par le Service Marocain d’Accréditation (SEMAC) relevant du Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.

Suite aux résultats de l’évaluation initiale d’accréditation et sur avis de la commission d’accréditation des organismes d’inspection, cette structure technique de l’ONSSA a franchi toutes les étapes du processus d’accréditation et a reçu le certificat de l’accréditation NM ISO/CEI 17020 en tant qu’organisme d’inspection de type A pour réaliser les inspections dans le domaine de la pharmacie vétérinaire.

Première du genre au Maroc, cette accréditation constitue une reconnaissance officielle de la qualité de l’organisation et du management de cette structure et de la compétence de ses inspecteurs dans le domaine de l’inspection des bonnes pratiques de fabrication et de distribution en gros des médicaments vétérinaires et
de leur respect des principes d’éthique et d’indépendance exigés par cette norme internationale qui fixe les critères de fonctionnement des organismes effectuant des inspections.

Par ailleurs, cette reconnaissance confortera également la démarche qualité dans laquelle l’ONSSA s’est engagé depuis sa création en 2010 et permettra de pérenniser le système instauré visant la mise à niveau de ses laboratoires et de ses services d’inspection: Services Vétérinaires, Services de Contrôle des Produits Végétaux et d’Origine Végétale et Services de la Protect ion des Végétaux. Le but escompté à travers ce vaste programme de mise sous assurance qualité et d’accréditation est de renforcer davantage la crédibilité du système de contrôle et de certification national des produits alimentaires.

PUBLI-INFORMARION