Agriculture. Etats-Unis: vers une réforme des subventions agricoles

AFP

Les subventions directes, versées aux agriculteurs américains, même quand leurs champs ne sont plus cultivés, devraient être supprimées

La sénatrice démocrate Debbie Stabenow a annoncé lundi que les négociateurs républicains et démocrates avaient trouvé un compromis, après des mois de négociations, sur une refonte des aides agricoles pour les cinq prochaines années. La Chambre du Congrès votera mercredi sur le texte, a annoncé le représentant républicain Eric Cantor, et le Sénat pourrait l’examiner dès la semaine prochaine, selon Debbie Stabenow. Les dirigeants républicains de la Chambre ont apporté leur soutien au texte.

Créé en 1996, le programme d’aide directe assurait aux agriculteurs un revenu calculé en fonction de la surface et de la production historique, indépendamment de la production réelle. La mesure visait notamment à assurer un lissage des revenus des exploitants mais le programme, d’un coût d’environ 5 milliards de dollars en 2012, s’est transformé selon ses détracteurs en une rente injustifiée par la situation économique des agriculteurs.

Même quand les cours étaient élevés, les subventions étaient versées.

Entre 2003 et 2011, selon un rapport d’audit gouvernemental du Government Accountability Office, près d’un quart des subventions ont été versées à des exploitants qui ne cultivaient pas la culture pour laquelle la subvention avait été calculée. Un petit pourcentage d’exploitations (0,15%) ont reçu des subventions de 2007 à 2011 alors qu’elles n’ont rien cultivé, selon le même rapport publié en juillet 2012.

En échange, les parlementaires prévoient de renforcer le système d’assurance fédérale protégeant les agriculteurs contre les catastrophes naturelles et événements climatiques. Les subventions à l’agriculture américaine s’élevaient à près de 15 milliards de dollars en 2012, selon l’Environmental Working Group (EWG).

Un programme de bons alimentaires qui profite actuellement à 47,7 millions de personnes à bas revenus (“Food stamps”) serait revu légèrement à la baisse dans le cadre de cette réforme, avec une économie d’environ 9 milliards de dollars sur dix ans, selon le New York Times, alors que les dépenses étaient d’environ 83 milliards en 2013.

Ces allocations, pilier de l’Etat providence américain, constituaient l’un des principaux points de blocage entre démocrates et républicains. Ces derniers estiment que le programme est marqué par la fraude et encourage l’assistanat.

Le Japon investit dans l'agriculture et l'énergie en Ethiopie

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, en voyage en Afrique depuis plusieurs jours, a annoncé lundi que son pays allait investir dans l’agriculture et l’énergie géothermique en Ethiopie.

M. Abe a indiqué, lors d’une conférence de presse à Addis Abeba, que son pays allait injecter 4,8 millions de dollars (3,5 millions d’euros) dans le développement du secteur agricole éthiopien, et que son pays projetait également d’investir localement dans la production d’énergie géothermique, sans préciser le montant.

M. Abe et son homologue éthiopien, Hailemariam Desalegn, ont également inauguré le premier vol direct entre les deux pays, moyen selon eux de renforcer leurs liens politiques et économiques.
“Nous devons doubler nos efforts pour amener nos relations au juste niveau entre nos deux pays”, a déclaré le Premier ministre éthiopien.

M. Abe a répété qu’il souhaitait renforcer le rôle du Japon en Afrique, continent où se trouvent plusieurs des économies connaissant la plus forte croissance de la planète.
“L’administration Abe est l’administration qui a mis le plus l’accent sur les relations du Japon avec l’Afrique”, a-t-il assuré.
Son séjour de deux jours en Ethiopie est la dernière étape d’un voyage qui l’avait déjà conduit au Mozambique et en Côte-d’Ivoire et vise à renforcer les liens politiques et économiques du Japon avec l’Afrique, où il a été supplanté par la Chine.
Avant de partir pour Oman, il doit prononcer une allocution mardi devant l’Union africaine dans laquelle il dévoilera son projet politique pour le continent.

lesechos.fr

Le Maroc élu Vice-président de l’Assemblée Mondiale des Délégués de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

Le Maroc en la personne du Docteur Jaouad Berrada, Directeur des Services Vétérinaires et chargé de la gestion des affaires de l’ONSSA, a été élu, pour la première fois, Vice-président de l’Assemblée Mondiale des Délégués de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)  pour une période de trois ans.

Cette élection a eu lieu lors de la 80ème Session générale de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)  à la quelle ont pris part plus de 600 participants représentant les Pays Membres de l’OIE, ainsi que de nombreuses organisations internationales (FAO, OMS, Banque mondiale, OMC, etc.), régionales et nationales

L’Assemblée mondiale des Délégués est l’organe suprême de l’OIE. Elle est composée des Délégués de tous les Pays Membres et se réunit au moins une fois par an. Les principales fonctions de cette Assemblée sont :

•  L’adoption  des normes internationales dans le domaine de la santé animale, notamment pour les échanges internationaux ;

•  L’adoption des résolutions sur la lutte contre les principales maladies animales ;

•  L’élection des membres des organes de gouvernance de l’OIE (Président et Vice-Président de l’Assemblée, Membres du Conseil et des Commissions régionales), ainsi que les membres des Commissions spécialisées ;

•  La nomination  du Directeur général de l’OIE ;

•  L’examen et l’approbation du rapport annuel d’activités et du rapport financier du Directeur général ainsi que le budget annuel de l’OIE.

Il est à rappeler que le Maroc est membre fondateur de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) qui est une organisation intergouvernementale fondée en 1924. Elle comporte aujourd’hui 178 pays membres et est chargée d’améliorer la santé animale dans le monde et entretient des contacts permanents avec  45 autres organisations internationales et régionales et dispose de Représentations Régionales et sous-régionales sur tous les continents.

Source : ONSSA

France/présidentielle: François Hollande élu avec 51,62 pc des voix (résultats définitifs)

Paris – Le socialiste François Hollande a remporté le second tour de l’élection présidentielle en France, dimanche, avec 51,62 pc des suffrages, contre 48,38 pc pour le président sortant Nicolas Sarkozy, selon les résultats définitifs pour la France entière communiqués lundi par le ministère de l’Intérieur.

Le nouveau président élu a recueilli 18.000.438 voix et le président sortant, 16.869.371, soit une différence de 1.131.067 voix, selon ces résultats intégrant les votes des Français de l’étranger.

La participation a été de 80,34 pc, soit un peu plus de 37 millions de votants, et l’abstention de 19,66 pc, soit un peu plus de neuf millions.

Les bulletins blancs ou nuls ont représenté 5,80 pc des votants et 4,66 pc des inscrits, soit plus de 2,1 millions de personnes.

Ces résultats sont soumis à la validation du Conseil constitutionnel avant leur proclamation.

MAP

Photo : afp.com/Philippe Desmazes

France: Salon de l'Agriculture 2012: 681 213 visiteurs (+0,39%)

Un très bon crû pour cette 49ème édition du Salon de l’Agriculture à Paris 2012. Les organisateurs totalisent 681 231 entrées, soit plus de 2000 visiteurs supplémentaires par rapport à 2011 (678 732 visiteurs), une hausse de 0,39%.

La journée du vendredi 2 mars, avec une nocturne jusqu’à 23 heures, reste la plus fréquentée de ces neuf jours avec près de 107 000 entrées. Vient ensuite celle du dernier samedi – celui du 3 mars – avec pas loin de 100 000 visiteurs. Enfin un problème informatique, peut-être lié à un bug du 29 février, il n’en existe un que tous les 4 ans, pourrait expliquer la moindre performance ce jour là. Seulement 55 000 visiteurs. La pire journée du salon alors que les allées étaient remplies de monde et que les commerçants ont enregistré une bonne affluence. Rendez-vous l’année prochaine dans une nouvelle configuration toujours à l’étude avec les professionnels.

Le hall 1 des animaux disparaît à cause de la construction de la tour cristal de 30 étages qui aura un pied dans cet espace couvert de 45 000 m2. L’inquiétude des éleveurs est grande, ils craignent d’être séparés dans différents halls. “On passe de l’ambiance de la ferme à celle de magasins en fonction des différentes espèces animales”, regrette l’un deux. Une reconfiguration à manier avec prudence. “La qualité du salon de l’agriculture français est la présence sous un même toit des producteurs, de leurs animaux, des industriels de la transformation et ceux de la distribution”, indique un visiteur venue d’Amazonie.

 

Source : Par Eric de La Chesnais | Le Figaro

Coopération entre la FAO et le Mozambique pour lutter contre la mouche des fruits

L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lancera un partenariat de quatre ans avec le Mozambique à partir de 2012 pour lutter contre la mouche des fruits.

Le projet qui est également applicable dans d’autres pays, sera lancé en février 2012 et sera divisé en deux cycles, et comprendra la formation du personnel afin d’arrêter la propagation de la maladie de la mouche des fruits, a rapporté lundi la radio d’Etat.

“La mouche des fruits a été récemment introduite en Afrique, elle provoque d’énormes problèmes à travers l’Afrique et le Mozambique et affecte les exportations. Le pays est confronté à la propagation de la maladie dans les régions du centre et du nord et a tenté d’empêcher sa propagation vers le sud, afin de poursuivre ses exportations”, a indiqué Rui Cardoso Perreia du département de la lutte antiparasitaire de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), lors d’une interview.

Des pays sub-sahariens africains, dont le Mozambique, l’Angola, le Zimbabwe et la Namibie sont en train de lutter contre la maladie en vue de développer leurs exportations de fruits.

Le succès d’une nouvelle technique de combat de cette maladie a été récemment prouvée dans un projet de culture de fruits dans le nord du Brésil.

Sans avoir recours aux insecticides, la nouvelle technique crée des mouches méditerranéennes dans le laboratoire, en stérilisant les mâles, qui sont ensuite déposés sur le terrain. Les mâles aident à contrôler la naissance des fléaus, car après l’accouplement avec les femelles stériles, les œufs des femelles ne génèrent pas de fléaus.