Ce fut aussi une occasion de présenter «les résultats des recherches et d’être au fait des étapes importantes franchies», souligne Amal Haddouche, directeur du CDER Marrakech. Pour elle, cette solution énergétique prend en compte les exigences qu’impose le contexte économique et social des pays de la Méditerranée où l’agriculture prédomine parmi les activités économiques. Lancé en octobre 2006, le projet Ramses consiste en la construction d’un tracteur solaire dans le cadre de la coopération du Maroc avec l’UE et en partenariat avec des pays méditerranéens, en l’occurrence l’Italie, l’Espagne, la Pologne, l’Irlande, le Liban et la Jordanie.

tracteur solaireCe projet consiste à construire un tracteur à moteur électrique dont la recharge des batteries s’effectue par un générateur photovoltaïque. Le tracteur solaire est conçu d’une manière à assurer toutes les activités effectuées par engin fonctionnant au gasoil. L’objectif est de faire bénéficier le secteur agricole marocain des innovations internationales et de réduire les coûts de l’énergie dans les fermes. Le projet Ramses permettra ainsi aux agriculteurs de disposer d’une technologie qui fera partie des alternatives énergétiques dans les activités agricoles. Les fabricants de cet engin, dont la commercialisation se fera d’ici un an, comptent proposer un tarif oscillant entre 10.000 et 20.000 euros (environ 110.000 à 220.000 DH), a annoncé Ugo Bardi, professeur à l’université de Florence. Ce véhicule marquera donc la fin de l’utilisation tous azimuts du gazoil dans les fermes. Surtout qu’il va permettre aux agriculteurs de produire leur propre énergie puisque l’électricité pourra provenir de l’éolien ou de panneaux solaires installés dans l’ exploitation.

L’économiste

Partager
  • gplus
  • pinterest

Leave a comment