Conakry – Les accords signés, jeudi à Conakry, entre le Maroc et la Guinée constituent une “grande opportunité” pour renforcer le partenariat maroco-guinéen notamment dans le domaine agricole, a souligné le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch.

Eu égard au potentiel important de l’agriculture guinéenne, notamment en matière de valorisation hydrique et de production de maïs et à la forte volonté de partage des apports du Plan Maroc Vert, notamment en matière de gestion d’eau et d’agrégation, ces accords sont à même de donner un nouvel élan aux relations bilatérales dans le domaine agricole, a indiqué M. Akhannouch, qui s’exprimait lors de la cérémonie de signature de huit accords de coopération entre le Maroc et la République de Guinée sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du président guinéen, SEM. Alpha Condé.

L’objectif est de mettre en place un Partenariat gagnant-gagnant entre le Maroc et la Guinée autour d’un projet d’agrégation de la production maïsicole qui permettra aux agriculteurs guinéens d’augmenter leur productivité et d’avoir accès à des financements et aux opérateurs marocains de favoriser les échanges agricoles avec la Guinée, a souligné le ministre.

Par ailleurs, M. Akhannouch a relevé que le Maroc souhaite également partager son expérience avec la République de Guinée pour la mise en place d’un Système National de Cadastre et ce à travers, notamment, l’élaboration d’un plan stratégique définissant la méthodologie et les différentes étapes pour le déploiement du futur Système du Cadastre de la République de Guinée, la formation d’un corps professionnel spécialisé composé d’ingénieurs et de techniciens géomètres topographes et l’élaboration d’un cadre juridique comprenant les textes de lois devant régir le futur Système du Cadastre de la République de Guinée.

Il a, par ailleurs, noté que l’accord relatif à la réalisation d’un projet d’aménagement hydro-agricole d’une superficie entre 200 et 300 ha permettra à la République de Guinée de tirer profit de l’expérience du Maroc en la matière.