Agriculture en 2021: Une bonne année qui se dessine ?

Agriculture en 2021: Une bonne année qui se dessine ?

Par Salma EL BADAOUI
Casablanca  – Après un démarrage difficile, les perspectives d’une bonne campagne agricole commencent déjà à se faire sentir avec des précipitations assez importantes enregistrées depuis fin novembre dernier, laissant entrevoir une lueur d’espoir pour les agriculteurs ayant souffert l’année écoulée d’une double crise liée à la pandémie et au déficit pluviométrique.

Avec une superficie semée d’à peu près 4,2 millions d’hectares en céréales, 56.000 hectares en maraîchage et un taux de remplissage des barrages de 48%, la campagne agricole actuelle semble aller bon train, malgré le contexte sanitaire actuel qui a perturbé les activités agricoles et épuisé la trésorerie des exploitants.

Ces conditions favorables ont concrètement eu un impact positif sur le débit d’emblavement et de labour, sur la demande des semences et les conditions de plantation des cultures d’automne. A cela s’ajoute aussi l’amélioration de la qualité du produit et des végétations dans les zones pastorales.

Conseil agricole: un rôle majeur pour optimiser la récolte

Force est de constater que toutes les conditions sont, jusqu’à présent, là pour garantir le succès de cette campagne agricole. Toutefois, le conseil agricole reste d’une importance cruciale pour permettre aux agriculteurs, particulièrement les petits, de tirer le maximum de profit durant cette saison en vue d’atténuer le choc subi l’année dernière.

C’est dans cette optique qu’interviennent plusieurs institutions, à l’image de l’Office National du Conseil Agricole (ONCA) et de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), pour assurer l’accompagnement nécessaire.

“Pour cette saison, différents efforts ont été déployés aussi bien par le département de tutelle que par l’ensemble des partenaires pour assurer l’approvisionnement en intrant et structurer les circuits de distribution de semences”, a relevé, dans un entretien à la MAP, le directeur général de l’Office National du Conseil Agricole (ONCA), Jaouad Bahaji.

Un programme d’assolement a également été mis en place pour les cultures d’automne, comprenant les céréales, les légumineuses, les cultures fourragères, sucrières et maraîchères, a-t-il ajouté.

Pour tirer profit des récentes pluies, abattues sur les différentes régions du Royaume, l’Office a mis en place, comme chaque année, un programme d’accompagnement des agriculteurs en matière de conseil, de formation, d’assistance technique et de renforcement des capacités et ce, à travers plusieurs outils et méthodes de conseil agricole rapproché, a fait savoir M. Bahaji, soulignant que l’objectif est l’exécution d’un plan d’action fixé au préalable.

Et de rappeler que l’ONCA dispose de près de 500 conseillers répartis sur l’ensemble du territoire et qui agissent au niveau de toutes les filières végétales, animales et actions transverses dans les différentes régions du Royaume.

Les missions de l’Office se font en étroite collaboration avec des partenaires qui constituent un axe prioritaire pour la mise en œuvre de la stratégie nationale du Conseil. Ils offrent un cadre privilégié, participatif et consensuel pour l’implication de tous les acteurs dans la fixation des objectifs et le suivi dynamique des réalisations.

L’ONCA a, dans ce sens, développé des projets de partenariat avec les acteurs institutionnels et les organisations professionnelles, en vue de dynamiser le dispositif du conseil agricole et de contribuer à la réalisation des objectifs de la nouvelle stratégie “Génération Green 2020-2030” qui vise à renforcer les filières agricoles, a relevé M. Bahaji.

Ces filières, a-t-il soutenu, diffèrent d’une région à une autre selon les conditions climatiques et le potentiel agricole au niveau de chaque région, notant que l’Office assure la mise en place d’un programme d’accompagnement et d’encadrement ciblant les maillons les plus faibles.

Évoquant le cas des petits agriculteurs, M. Bahaji a affirmé que plusieurs projets et actions ont déjà été entamés, notamment en matière d’assistance technique de proximité par des outils pédagogiques tels que les écoles aux champs, outre un accompagnement pointu sur des maillons, les incitant ainsi à s’organiser en coopératives, spécifiquement entrepreneuriales.

Il s’agit de garantir une amélioration de la productivité et de la qualité du produit agricole sur le marché national, mais aussi d’assurer la continuité de la compétitivité de l’offre d’exportation qui présente d’ailleurs des perspectives prometteuses pour la saison 2020-2021, a-t-il fait valoir, notant que les exportations ont enregistré de bonnes performances durant cette campagne, malgré un contexte international encore difficile caractérisé par la poursuite de la propagation de la pandémie.

De son côté, la COMADER accompagnent les agriculteurs, en partenariat avec les directions régionales de l’Agriculture, pour l’approvisionnement en semences sélectionnées et engrais.

La Confédération mène aussi un travail de sensibilisation et de communication avec les professionnels et l’accompagnement des exploitations agricoles et des unités de valorisation pour préserver la santé des employés et des agriculteurs en ces moments de pandémie.

Côté financement, elle fait savoir qu’une convention tripartite avec le Crédit Agricole du Maroc et le ministère de l’Agriculture est en cours d’élaboration pour apporter un soutien à la résilience du secteur agricole.

Concernant le volet social, la COMADER est en concertation avec le ministère afin de fournir des propositions concrètes et réalistes relatives à la couverture sociale des agriculteurs.

Source: MAP

laisse ton commentaire
Comment
Nom
Email